Noël, j’ai les boules !
2 décembre 2015 - LifeStyle commentaires   //   1344 Views   //   N°: 71

Henri Ratsimbazafy : Si Noël m’était conté 

« Noël n’est pas seulement la fête des enfants », estime Henri Ratsimbazafy, notre crooner national qui, comme Tino Rossi à l’époque chantant Petit papa Noël, semble se jouer des modes et des décennies. Malgré ses quatre-vingts ans et quelques poussières, la magie du sapin opère toujours sur lui ; c’est une fête familiale qu’il attend avec toujours autant d’impatience, comme s’il y retrouvait son âme d’enfant. Une fête qu’il passe généralement en France, auprès de ses enfants et petits-enfants. 

« A part le repas et le plaisir de se retrouver, c’est l’échange de cadeaux que j’aime le plus. Des cadeaux, j’en ai reçu dans ma vie. Mais je me souviens particulièrement de cette fois, il y a 12 ans, où une de mes petites-filles m’a offert le DVD du film Si Paris nous était conté de Sacha Guitry, un film que j’aime beaucoup, avec sa distribution incroyable : Piaf, Michèle Morgan, Gérard Philipe… Ce CD je le conserve religieusement. Même mes propres CD et vinyles n’ont pas la même valeur à mes yeux, et je n’exagère pas », affirme Dear Henri, montrant la précieuse pochette rangée au milieu de ses propres enregistrements, au beau milieu de sa salle de séjour.

Monica Label : J’y pense et puis j’oublie

Monica Label n’est plus à présenter. La tropicaleuse de choc est aussi est une ambianceuse très prisée dans les hautes sphères VIP. Pour elle, Noël et la Saint-Sylvestre sont des fêtes plus qu’importantes. « Tous les ans, en famille ou entre amis, et même sur scène, j’essaie de passer de merveilleux moments pendant les fêtes de fin d’année. » Et cela lui a toujours réussi. Sauf en cette année 2005 de sinistre mémoire. 

« Mon oncle, mon parrain, une personne que j’admire et aime comme mon propre père, est mort le 31 décembre. C’a été la pire des Saint-Sylvestre. » Le plus triste est qu’elle était injoignable sur son téléphone portable car elle était en tournée dans une zone sans couverture réseau. « Le seul réconfort, c’est que – pas encore au courant de la nouvelle – j’ai au moins pu profiter du réveillon. Mais le lendemain fut douloureux. Autour de nous, tout le monde faisait la fête, et nous on pleurait. »

Pages réalisées par #SolofoRanaivo

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer