No Mady : Mélange des genres
14 novembre 2017 - Que sont-ils devenus ? commentaires   //   379 Views   //   N°: 94

Six ans depuis la parution de No Mady dans le no comment® n°22, le groupe de rock alternatif est passé à l’électrogrunge et au mélange des genres avec un mec à bord. Histoire d’aller se faire mieux voir ailleurs ?

Rappelez-vous ce groupe formé en 2007 par Boo, Tiana, Mialy, Stéphanie et rejointes par Van en 2012. Quatre copines du bahut qui auraient pu faire un girls band comme c’était la tendance alors. Loin de là, elles ont troqué les ouap doo ouap suaves contre les riffs et paroles rageuses des chansons à la Nirvana griffonnées dans leurs cahiers. C’est en 2010 lors du concert X-Core Generation que le groupe de métal alternatif s’est démarqué. Du rock qui cogne fort, des larsens déchaînés et des sets de guitares incontrôlables. « Voilà pourquoi on a choisi le nom No Mady comme No Mad en anglais. Car si notre musique est un tant soit peu déjantée, nous non ! », s’esclaffe Stéphanie Razakatrimo.

Sept ans après, le groupe est devenu un trio avec Stéphanie (guitare et vocal), Van (basse, clavier, vocal) et Miora (batterie). « Nous avons mûri et pris des chemins différents. Voilà pourquoi Van et moi avons pris le relais avec l’aide précieuse du batteur Miora Rabarisoa. Il a l’oreille musicale et nous conseille sur pas mal de riffs. » No Mady a même réenregistré des titres de son ancien répertoire. Du grunge comme le groupe sait en faire, mais cette fois avec une touche d’électro. De l’électro-grunge… Kurt si tu nous entends !

Drames, coups de gueule, sexe, les textes à l’avenant. Comme avec Manabe tareha (Glander) qui pointe du doigt le monde de la rue, Tara lava (Toujours en retard), Ravin-dena (Corvée) ou Kamo lahy (Paresseux). Des titres qui en disent long sur l’ambiance qui règne sur scène lors de leurs performances. Les No Mady vont participer avec leur nouveau look (et comme explication à leur nouveau look ?) à la 39e édition du festival de variétés des TransMusicales de Rennes. « Nous sommes ravis de nous présenter devant un parterre de 60 000 personnes sachant que Nirvana s’y est produit ! » OK, si on commence à parler chiffres…

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer