Nirina Donato : D’un continent à l’autre
15 décembre 2014 - Cousins-cousines Hexagone commentaires   //   2063 Views   //   N°: 59

Sa quête de sens et de bonheur l’a conduite à traverser quatre continents en cinq ans, en compagnie de Rodolphe, sa moitié. De retour à la Réunion, elles aspire aujourd’hui à transmettre aux autres son expérience de nomade…

« Je fLeurirai partout où je serai portée. » réunionnaise s’applique si bien à Nirina Donato, c’est que son parcours et son identité sont profondément multiculturels : Malgache du côté de maman, Italienne d’origine libanaise du côté de papa, mais de cœur réunionnaise. Nirina est née à Tana, et a grandi à Toamasina dans l’hôtel familial, épaulée dans ses devoirs par le réceptionniste, attentif à ses progrès. Elle s’installe à La Réunion à l’âge de 10 ans. Comme de nombreux expatriés déracinés, elle a du mal à s’identifir à une culture, ne se sent pas heureuse. La quête identitaire est selon elle à rapprocher d’une « quête de sens ». Portée par cette conviction, elle quitte La Réunion dès la fi de ses études pour voir et connaître le monde.

Commence un véritable périple avec Rodolphe Sinémalé, son compagnon, à travers plus de 25 pays pendant cinq années. Un rêve de millionnaire ? Non, une grande capacité d’intégration, une volonté de partir et de pouvoir travailler sous toutes les latitudes. A cet égard, le travail et la langue sont sans nul doute les meilleurs moyens de s’intégrer… C’est à Chicago que l’idée lui vient de communiquer autour de cette formidable aventure humaine, grâce au réseau des Réunionnais du monde.

Le journal Le Quotidien de La Réunion couvre le voyage de Nirina et Rodolphe, qui alimentent leur odyssée semaine après semaine : six mois en Australie, un an à Barcelone, quatre continents traversés. Le couple trouve des petits boulots lui permettant d’assurer la suite du voyage. Tour à tour ils seront vignerons, standardistes dans les centres d’appel téléphonique, conseillers clients, organisateurs de mariage dans un gîte, ou encore au service restauration d’un centre bouddhiste à Auckland !

Nirina est séduite par la ville de Barcelone, mais découvre enfi en Thaïlande ce que bonheur veut dire, en regardant l’épanouissement du balayeur consciencieux dans sa tâche quotidienne. Si cette quête de « sens » et de bonheur est passionnante, l’aventure est éprouvante, demandant un effort d’adaptation constant. Il a fallu trois ans à Nirina pour se remettre de cette quête, la mélancolie envahissante qu’elle avait connue avant son voyage ayant refait surface. Guérie et grandie par tant de péripéties, elle est maintenant sur la voie de la transmission. Elle « coache » les femmes, utilisant les techniques du toucher, de la relaxation, de la respiration, et sait emprunter les chemins de vie de la personne accompagnée pour l’aider à se reconnecter avec elle-même.

Nirina cherche quant à elle maintenant à se reconnecter avec ses origines malgaches, saluant toute la diversité et les valeurs du peuple qui l’a vu naître.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer