Ni No Kuni
26 décembre 2013 - Add-on commentaires   //   979 Views

47

La vengeance de la sorcière céleste

Sorti il y a deux ans au Japon sur Nintendo DS, c’est cette année que Ni No Kuni arrive traduit en français sur console de salon. Un JRPG japonais (Japanese Role Playing Games) à l’ancienne qui a, malgré ses défauts, un charme esthétique et ludique peu commun dans les productions nippones.

On suit les aventures d’Oliver, un enfant qui a perdu sa mère mais découvre l’existence d’une réalité parallèle dans lequel elle aurait une « âme sœur ». Il s’en va parcourir cet « autre monde » et tenter de la ramener parmi les vivants. Suivi en permanence de Lumi, une espèce d’ange gardien à l’allure de peluche, il rencontrera divers personnages qui viendront l’épauler dans sa longue quête.

Le gameplay offre d’un côté des phases d’explorations sur une carte du monde, des villes, et villages, à pied, en bateau ou à dos de dragon volant. De l’autre, les combats en semi-temps réel, avec libres déplacements dans l’arène pendant les affrontements. On peut contrôler les personnages, et chacun peut faire appel à des « familiers », sorte de petits monstres évolutifs à qui on peut apprendre des compétences d’attaque, défense, magie… On a aussi la possibilité de créer de nouveaux sorts soi-même, soit en trouvant des formules, soit en expérimentant avec les ingrédients que l’on détient déjà.

Ni No Kuni bénéficie de la patte graphique du studio Ghibli, celui-là même qui a œuvré sur des chefs-d’œuvre du cinéma d’animation (Le Voyage de Chihiro, Princesse Mononoké). Cet aspect dessin animé très reconnaissable lui donne une identité visuelle très attachante, sans oublier les musiques enchanteresses orchestrées par le grand Joe Hisaishi. Dans les faiblesses, on regrettera l’intelligence artificielle des alliés un peu à la rue pendant les combats ainsi qu’un certain problème de rythme venant entacher l’aventure. L’histoire prend énormément son temps, la montée en niveau des personnages est aussi laborieuse. Ni No Kuni demeure une aventure qui s’apprécie sur la durée. Parfois contemplatif, naïf dans ses personnages, long et lent, il n’en demeure pas moins très attachant.

Joro Andrianasolo

Namco Bandai/Level-5, Studio Ghibli – JRPG – disponible sur Playstation 3/Nintendo DS. Ma note : 8/10

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer