Nazaria Tojo : Vu dans la Bibliotek Roz
3 octobre 2017 - Cultures commentaires   //   195 Views   //   N°: 93

Avec des œuvres comme « Linked », « Jila » ou « MindlyMad » alliant danses classique et contemporaine, Nazaria Tojo se produit depuis 2014 dans sa propre compagnie, LaBibliotekRoz & Cie. Un artiste aux chorégraphies déjantées, butinant son plaisir entre Alice et Peter Pan.

Ceux qui l’ont vu se produire cette année lors de la 6ème édition du Festival de danse Arondihy en ont eu le souffle coupé. À travers « MindlyMad », Andrianjafy Tsihoarana Nazaria Tojoniaina alias Nazaria Tojo leur a offert un spectacle digne de ce nom. Accompagnée par la musique envoûtante d’Emily Browning, Where is my mind, cette création chorégraphique nous ramène à la quête de liberté qui est au centre de la démarche de Nazaria Tojo. Se définissant comme un « rêveur anticonformiste », il traduit à travers cette pièce son désir d’échapper à la pression sociale omniprésente. « MindlyMad raconte l’histoire de quelqu’un qui est emprisonné dans un monde trop conformiste. Il obtient un court moment de liberté durant lequel il peut être lui-même et dépasser toutes les limites qui lui ont été imposées. À la fin de la représentation, cette personne doit redevenir comme tout le monde et rentrer dans les rangs. Cette personne, c’est moi. »

À le voir évoluer sur scène, certains pourraient croire que Nazaria Tojo est né, tel Mercure le messager des Dieux, avec des ailes aux pieds, détrompez-vous ! Sa passion lui est venue sur le tard. C’est après avoir assisté à l’atelier de danse Takalon-dihy sy mozika (Échanges de danses et de musiques) au Tahala Rary Hasina en 2008, qu’il s’est intéressé aux arts de la scène. Il décide alors de suivre des cours de danses classique et contemporaine, d’où son style actuel. En 2014, il crée avec son âme d’enfant sa propre compagnie de danse LaBibliotekRoz & Cie. « Je suis fan des livres de la Bibliothèque rose. Je suis un grand rêveur et je m’inspire souvent de l’univers des contes dans mes créations. » Ce grand gamin de 24 ans nous le prouve à travers Linked, sa toute première œuvre qui fait le lien entre rêve et réalité. « Linked s’inspire des univers d’Alice au Pays des Merveilles et de Peter Pan », reconnaît-il.

Mais Nazaria Tojo n’est pas que danseur. Il est également graphiste. Et dans ce domaine, du talent il en a aussi ! Surtout lorsqu’il s’associe avec la bédéiste Idah Razafindrakoto ou la dessinatrice Sawyer Ralaiarisolo pour combiner sur scène chorégraphies et performances graphiques. Un « free spirit » avide de créativité. Pour preuve, il travaille déjà à la réécriture de Jila (Frivole) ou Quand une jeune fille devient femme. Cette œuvre regroupera uniquement des artistes femmes issues de disciplines différentes. Lui accorderez-vous une danse ?

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer