Nage avec les requins baleines
2 août 2018 - Nature commentaires   //   386 Views   //   N°: 103

Considéré comme le plus gros poisson au monde, le requin baleine se rassemble dans les eaux chaudes situées en Australie, Mexique, Belize ou Maldives. Mais depuis 2015, les scientifiques ont observé 240 individus à Madagascar, particulièrement à Nosy Be. Une opportunité unique pour l’écotourisme malgache.

D’après une étude scientifique publiée par Madagascar Whale Shark Project en collaboration avec l’association malgache Mada Megafauna, l’Université internationale de Floride et la Marine Mégafauna Foundation, Madagascar est récemment devenu un hotspot pour les requins baleines (Rhincodon typus). Chaque année, de septembre à décembre, ils se retrouvent à Nosy Be pour se nourrir en plancton et petits poissons, leurs plats favoris ! Pouvant atteindre 20 mètres de long à l’âge adulte avec un poids estimé à 10 tonnes, le requin baleine est reconnu grâce aux petits points blancs sur sa peau gris foncée d’où son nom malgache, marokintana ou voie lactée. Chaque individu possède des points différents et uniques qui permettent de les reconnaître.

Inoffensif et docile, il se nourrit comme une baleine, en filtrant l’eau, d’où son nom. « Ce sont surtout les juvéniles de moins de 9 mètres de long qui se retrouvent à Nosy Be pour se nourrir, jamais répertoriés ailleurs dans le monde. Le reste de l’année, ils restent en profondeur. Par contre, nous n’avons jamais observé des adultes en âge de se reproduire », explique Stella Diamant, responsable de Madagascar Whale Shark Project (MWSP) à Nosy Be. Cette organisation collabore avec des institutions internationales pour étudier l’écologie du requin baleine afin de mieux comprendre sa taille et sa structure mais aussi sa présence à Nosy Be. « Nager avec les requins baleines est possible. Nous partageons nos connaissances avec les touristes lors des sorties en mer avec notre opérateur partenaire Les Baleines Rand’eau. »

Malheureusement, ce géant des mers est en voie d’extinction depuis 2016. En Asie, il est chassé pour ses ailerons et sa chair. La surpêche, la capture accidentelle dans les filets des thoniers, la pollution plastique et les collisions avec les bateaux de pêche sont les principales causes de sa disparition. « Le requin baleine est souvent associé aux thons qui se nourrissent des mêmes petits poissons. Il grandit très lentement, et on estime qu’il prend 30 ans avant d’atteindre l’âge adulte et de pouvoir se reproduire. Il nous faut donc assurer sa protection, surtout celle des juvéniles, afin qu’une fois adulte, ils puissent se reproduire. »

Malgré son statut sur la liste I de la Convention sur la conservation des espèces migratrices depuis un an, le requin baleine reste une espèce non protégée à Madagascar tout comme les autres espèces de requins et de raies. « Avec notre partenaire Mada Megafauna, nous avons établi une loi afin d’améliorer la qualité des interactions ici à Nosy Be et d’assurer la protection du requin baleine lors de la saison touristique. » Pour Madagascar, la présence de ces espèces est un enjeu majeur pour l’écotourisme. Raison pour laquelle, le MWSP a établi une charte de conduite afin d’assurer la survie de l’espèce et la bonne réputation de Nosy Be. « La présence de ses espèces dans les eaux malgaches représente aussi un argument en faveur de la préservation de la baie de Nosy Be, déjà très riche en biodiversité marine. » La participation des communautés locales et des écoles reste aussi une priorité pour le MWSP car il lance cette année, un programme d’éducation à travers formations et une fiche à bord des bateaux pour partager la charte.

© Photos : Stella Diamant

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer