Musée de la Photo : Du virtuel au substantiel
14 mars 2018 - Que sont-ils devenus ? commentaires   //   923 Views   //   N°: 98

Dans no comment® n°84, le musée de la Photo nous faisait faire un saut dans le passé à travers ses photographies prises à Madagascar entre 1860 et 1960. Véritables témoins de l’histoire, ces clichés d’antan sont désormais accessibles dans l’ancienne résidence des maires à Anjohy.

Avec 5 000 photographies collectées, numérisées, publiées et dont la moitié documentée, le musée de la Photo est sorti du virtuel en février dernier pour ouvrir ses portes dans l’ancienne résidence des maires à Anjohy. Construite au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle, cette résidence est en elle-même un témoin du passé puisqu’elle a accueilli les familles des maires de la capitale de 1897 à 1977. « C’est tout naturellement que notre choix d’implantation s’est porté sur ce patrimoine.

L’idée d’une version physique a toujours été présente depuis la création du musée il y a cinq ans, mais cela a été accentué par la demande d’une grande partie de nos 16 000 abonnés sur facebook », explique Cédric Donck, le président d’honneur.

Le musée de la Photo possède quatre salles de projection qui diffusent des films thématiques sur l’histoire des grandes villes, des personnages marquants du XIXe siècle ou encore sur l’âge d’or de la photographie dans les années 1930, à commencer par les œuvres du missionnaire William Ellis. « Nous ne voulions pas de simples photos accrochées sur les murs. Nous avons donc réalisé des films, genre de diaporama des clichés numérisés avec une voix off en six langues. Les thèmes se renouvellent tous les six mois. »

Les Malgaches s’intéressent énormément à leur histoire et les photographies du passé contribuent à la construction identitaire. Preuve en est que le musée de la Photo se nourrit des clichés envoyés par des contributeurs en tout genre comme la diaspora, les descendants de familles coloniales, les membres des familles de photographes, etc. « Ces captures d’instant du passé touchent plusieurs générations. On arrive d’ailleurs à documenter certains clichés par des témoignages des internautes sur le lieu, l’époque et la costume. On a une communauté très active. »

Le musée compte bien profiter de ce dynamisme en lançant des activités comme les visites scolaires ou encore le café histoire. « Le café histoire consiste à réunir des passionnés lors d’une soirée, histoire de trinquer et de parler histoire. Le musée vient d’ailleurs en appui aux recherches universitaires. » En attendant cette fameuse soirée, la grande salle d’exposition et le jardin du musée accueillent les œuvrent de photographes contemporains. « Qu’ils soient malgaches ou étrangers, ce sont leur regard sur le pays qui sera mis en avant. »

Le musée compte valoriser le patrimoine photographique malgache en tissant des liens avec des musées américains, africains, français, etc. D’ici là, rendez-vous est pris pour les nostalgiques du bon vieux temps.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer