Moraingy
1 mai 2015 - Archives Grand Angle commentaires   //   2858 Views   //   N°: 64

« Comme dans la vie, il est question de s’armer de courage, serrer les points, donner des coups et recevoir. Mais ne jamais baisser les bras pour au final, prendre le dessus et s’en sortir vainqueur ! L’exploit du Fagnorolahy commence dans son coin lors de sa préparation avant d’entamer sa lutte. » 

« Sain d’esprit, bien dans sa peau ! Le Fagnorolahy est juste l’égal d’un de ces athlètes de l’Olympe qui, de son physique impressionnant et de sa vaillance, inspire déjà au spectacle qu’il va livrer au public. Il s’apprête à entrer dans l’arène pour affronter un autre guerrier de la même bravoure. D’autre part, au ras du sol, le public s’assagit pour prendre l’élan à son acclamation. »

« Entré dans l’arène avant le coup d’envoi, quelques consignes bien avisées, un petit check sympa et le Fagnorolahy y va ! Toujours au rendezvous chez ces Nordistes, le soleil témoigne de sa présence. Il fera office d’adrénaline pour booster ces lutteurs au sang déjà en ébullition. »

Si au côté d’un grand homme se trouve une grande femme, au côté d’un lutteur se trouvent ses alliés. C’est l’esprit d’équipe même qu’on retrouve au début de ses combats. Dans un coin, on retrouvera toujours un ou deux magnafo prêts à servir de coach et le rafraichissement.

Place au spectacle ! Pluie de poings, averse de coups de pied et déluge de chutes ! On retrouve le sosie de la boxe, la copie du capoeira dans une seule arène. Le public a droit à une vraie chorégraphie d’arts martiaux confondus. Et en tout honneur, un homme à terre n’est pas encore déclaré vaincu et encore moins un homme à battre : les règles le disent !

« La tradition n’exempt pas le Moraingy du fair-play de tous les sports. Ici, comme dans d’autres disciplines, «l’adversaire » n’est pas synonyme de « l’ennemi ». Après un échange de coups de poing qui peut mettre chaos, on adresse sans rancune un coup de main pour aider l’autre à se relever. » 

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer