Montblanc : Une belle plume
12 juillet 2014 - Vintage commentaires   //   3196 Views   //   N°: 54

Quand l’homme d’affaires Klaus-Johannes Voss, l’ingénieur August Eberstein et le banquier Alfred Nehemias ouvrent en 1906 une petite manufacture dans le quartier Schanzen de Hambourg, difficile d’imaginer à quel point le marché de l’encrier va y laisser des plumes… 

C’est une véritable révolution qui se prépare dans l’industrie de l’écriture quand commence à fonctionner en 1906, à Hambourg, la petite manufacture détenue par August Eberstein, Alfred Nehemias et Klaus-Johannes Voss. Les deux premiers ne sont rien moins que les inventeurs du stylo plume à réservoir intégré qu’ils ont tenté de lancer, sans succès, sur le marché anglo-saxon. L’homme d’affaires Klaus-Johannes Voss qui s’est associé à eux est quant à lui bien conscient du potentiel de ce stylo qui dispense désormais de traîner avec soi le fameux encrier en verre. En plus, avec son capuchon Modern Style, il est garanti antifuite !

La Simplo Filler Pen Company est créée et un premier modèle sort en 1909, baptisé Rouge et Noir en hommage au roman de Stendhal. La référence française, signe de distinction et de consommation élitiste, est encore utilisée en 1910 quand sort le premier modèle Montblanc, un stylo à plume noir avec déjà la fameuse étoile blanche sur le capuchon qui symbolise les six glaciers du plus haut sommet d’Europe. En 1924, un nouveau saut qualitatif est encore franchi avec le Meisterstück 149 (« pièce de maître » en allemand) et son 4 810 gravé sur la plume : la hauteur du mont Blanc telle que mesurée à l’époque.

Ce stylo au design intemporel est élevé au rang d’objet d’art en intégrant la collection permanente du Musée d’Art moderne de New-York ! En 1974, dans L’homme au pistolet d’or, Roger Moore alias James Bond utilise un Meisterstück 149 en or massif pour tuer le méchant Christopher Lee. Mais le luxe suprême est atteint en 1983 avec le Meisterstück Solitaire Royal serti de 4 810 diamants, dont la valeur approche les 125 000 dollars. Il trône dans le Guinness Book of Records comme le stylo le plus cher du monde. 

 

Andoniaina Bernard

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer