Mbolanirina Razafindrakoto : « Une part de mon être »
5 décembre 2017 - La mode Styliste commentaires   //   220 Views   //   N°: 95

Défi relevé pour la styliste Mbolanirina Razafindrakoto. Elle a séduit le public avec sa marque Sombin’ny Aiko lors de sa participation au festival Volambita en septembre dernier, à l’occasion du Nouvel An malgache. Une marque 100 % « vita gasy » qui fait du « landy » sa marque de fabrique.

L’an de grâce 2017 a été pour Mbolanirina Razafindrakoto l’année de la consécration. Après treize longues années de travail acharné, la styliste a réalisé son rêve d’enfant en créant sa propre marque de vêtements signée Sombin’ny Aiko. Si à ses débuts cette autodidacte s’inspirait des modèles européens qu’elle voyait dans les magazines, avec l’expérience et un brin de confiance en soi, elle a su donner libre court à sa créativité pour valoriser la culture malgache. Résultats : des robes en landy, originales et colorées, mêlant tradition et modernité, qui redonnent ses lettres de noblesses au vita gasy (Made in Madagascar). « Je suis fière de mes origines et je veux que cela transparaissent à travers mes créations. La culture malgache ne se limite pas qu’aux us et coutumes, elle se manifeste également dans notre style vestimentaire qui est unique en soi. J’utilise mes œuvres pour raconter l’histoire de mon peuple, mettre en avant son identité et montrer les valeurs qui lui sont chères. »

Pour Mbolanirina Razafindrakoto, le stylisme est une forme d’art à part entière qui permet à son « âme d’artiste » de s’exprimer. « Le stylisme englobe toutes les formes d’art qui me passionne. Le dessin quand je fais mes croquis, la peinture qu’il m’arrive d’incorporer dans mes créations quand je joue sur des dégradés de couleurs, la musique et la danse que je choisis pour mes défilés en fonction de ce que je veux transmettre au public. C’est un domaine dans lequel je m’épanouis pleinement », fait valoir la jeune femme.

Perfectionniste, passionnée, la styliste met un point d’honneur à respecter les codes des tenues vestimentaires malgaches dans des créations qui se veulent pratiques, de bonnes qualité et à la mode. « Les Malgaches ont une certaines pudeurs et je respecte ça. Avant de présenter mes œuvres je les essaie d’abord sur moi pour savoir si je me sentirais bien avec. A mon sens, la praticité est primordiale. Si une personne investit dans un de mes habits je veux qu’elle se sente à l’aise en le mettant. »

Malgré l’affluence des vêtements importés sur le marché local, Mbolanirina Razafindrakoto reste confiante quant au potentiel des jeunes créateurs de la Grande Ile et espère changer le regard de ses compatriotes sur les produits Made in Madagascar. « La beauté est certes subjective, mais quand tu fais une chose avec amour et dévotion, les gens le ressentent et c’est ce que je fais avec ma marque. D’où le nom Sombin’ny Aiko car j’y ai mis une part de mon être. » Après avoir conquis le cœur du public au festival Volambita, la styliste projette maintenant d’organiser son propre défilé.

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer