Masy : un drone malgache dans le ciel réunionnais
21 septembre 2017 - Cousins-cousines Diaspora commentaires   //   1463 Views   //   N°: 92

« Masy » Andriantsoa a su concilier ses compétences d’architecte et d’ingénieur informatique au service de l’image, photo et vidéo. Son agence de production visuelle Ymagoo a réussi à dépasser les frontières pour se positionner à l’international concernant la couverture des grands événements familiaux, notamment à La Réunion.

Masy vient pour la deuxième fois couvrir un mariage à La Réunion. Cette fois, Il vient compléter le casting des photographes locaux, casting établi par la famille des jeunes mariés pour immortaliser l’événement qui doit durer une semaine. « Même avec le voyage, le logement, l’offre de prestation proposée reste compétitive par rapport aux prix pratiqués à La Réunion pour ce type d’événements », confie-t-il. Alors que trois de ces collaborateurs couvrent sur la même période un mariage à Maurice, Masy est transformé en véritable homme-orchestre de l’image : équipé en matériel photo et vidéo, il gère également les prises de vue aérienne à l’aide d’un drone.

Le fondateur d’Ymagoo ne se destinait pourtant pas à développer ce projet. Après avoir suivi une formation de technicien supérieur à l’École d’architecture de Tana, Masy décroche un diplôme d’ingénieur informatique en Suisse.

Si sa première formation lui a ouvert les portes des arts visuels (graphisme, design), la deuxième lui a permis de maîtriser la technologie du traitement d’image numérique. En 2006, il créé Madadev, société offshore informatique basée à Grenoble qui s’occupe essentiellement de vente en ligne. En parallèle, Masy assure les photos de mariage le week-end pour des amis. Cette activité annexe autour de la photo se professionnalise rapidement. Pour pouvoir répondre à une commande photographique institutionnelle d’un grand opérateur de téléphonie à Madagascar, il crée le statut actuel de l’entreprise Ymagoo.

Depuis, chaque nouvelle étape du développement de son entreprise sont influencées par la demande de ses clients, à laquelle il s’adapte : introduction de la vidéo en 2012, d’images aériennes avec l’arrivée du premier drone en 2015. Masy a su s’entourer pour pouvoir répondre à la demande. Son vivier de collaborateurs est pour « 80 % formé à l’École Supérieure de multimédia de Tana ». Pour les quelques moments que lui concèdent les jeunes mariés de La Réunion, Masy apprécie l’île qu’il qualifie de « moderne et tropicale ». Son meilleur moment ? Sans nul doute le festival Kwala qui s’est déroulé à la Cité des Arts de Saint-Denis, rassemblant tout ce qu’il aime : des concerts, une exposition des « gouzous » de Jace pour les arts graphiques, et des innovations technologiques et artistiques basées sur le son et l’image en provenance du Japon.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer