Maitso Nation : L’espoir fait vivre
6 septembre 2017 - Cultures commentaires   //   236 Views   //   N°: 92

Une île où règnent l’égalité, le partage, la liberté ? Bon, ce n’est pas tout à fait Madagascar mais ça n’empêche pas d’y rêver ! C’est en tout cas la démarche de Maitso Nation (Espoir de la nation), groupe « fusion gasy » toujours prêt à tirer sur les injustices et discriminations sociales. Si la musique est une arme, la leur ne manque pas de cartouches.

Pour Maitso Nation, sextet de choc créé en 2009, la musique est d’abord porteuse de messages visant à faire évoluer les mentalités. Loin des rythmes popu et des chansons gnangnan, cette formation composée de Zongo Bilaky (chanteur et guitariste), Safidy (guitare électrique), Heriniaina (choriste), Boka (batteur), Mota (percussionniste) et Antenaina (bassiste) se considère très précisément comme l’espoir de l’île, signification de Maitso Nation. « Dans le drapeau malgache, la couleur verte signifie l’espoir. Nous pensons qu’il y a encore des chances que notre pays se relève, que les mentalités changent, qu’il y ait moins de discriminations. » Un brin rêveur ? Peut-être, mais ils y croient.

Ils militent pour que les valeurs ancestrales liées au fihavanana (solidarité) soient appliquées dans les actions du quotidien, surtout en milieu urbain. « Dans les villes, l’argent est roi. Ceux qui ont l’argent ont le pouvoir, le reste ne semble pas important. Nous pensons au contraire qu’il faut retourner à l’essentiel. Et l’essentiel, c’est ce qui fait l’Homme, c’est-à-dire son âme. » Olo jiaby misy fanahy (Tout homme a une âme) sera d’ailleurs le titre de leur premier album en gestation. « Il faut que l’homme soit plus humain, qu’il respecte son environnement, ses semblables. Qu’il sorte de la futilité », fait valoir Zongo Bilaky. Et le moyen qu’ils ont trouvé pour faire bouger les choses, c’est leur musique.

Parmi les thèmes récurrents de leurs chansons, l’appel à la protection de l’environnement. « May ny tanety /Miharingana ny ala / Jereko ity tany / Mosarena mitomany / Marary ny aina / ala Harovy ny ala / Ala fanilo maitso ny tanana » (La terre brûle / Les forêts disparaissent / Je regarde ma terre / Qui est affamée et qui pleure / La forêt, protégeons la forêt / La forêt, le symbole de la terre) exprime le titre May ny tanety (La terre brûle). Depuis un an, la formation a trouvé la formule idéale pour manifester son ras-le-bol anti-sytème… le style « gasy fusion ». Un mélange de blues, reggae, rap, maistoujours sur fond de rythmes traditionnels malgaches. « On peut aussi bien mélanger du vakodrazana avec du rap ou du rock. Ces musiques traditionnelles ne nous appartiennent pas mais nous les empruntons pour créer notre propre univers. » D’autant que tous sont multi-instrumentistes. C’est dire qu’il y a à écouter. Et à méditer.

Contact
Zongo Bilaky : 032 60 569 62

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer