Madagascar au Fespaco, rétrospective
13 février 2019 - Cultures commentaires   //   130 Views   //   N°: 109

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) célèbre cette année son 50e anniversaire. Lieu incontournable pour les cinéastes africains, le festival a permis à quelques films malgaches d’élargir leur visibilité à l’international.

Les « Fespakistes » se comptent encore sur les doigts de la main dans le milieu du septième art malgache. Néanmoins, la sélection ou la distinction au Fespaco a ouvert la voie pour de nouveaux horizons pour ces happy few. C’est L’Accident de Benoît Ramampy qui a marqué l’entrée du cinéma malgache dans l’histoire du cinéma africain en 1973 quand le film raflait le Prix du meilleur court-métrage au Fespaco. Ce fut le premier et le seul film malgache sélectionné à ce festival jusque dans les années 2000. Il a fallu attendre 2015 pour voir un autre court-métrage malgache, Madama Esther de Luck Ambinintsoa Razanajaona, décrocher une nouvelle distinction à ce grand rendez-vous du cinéma africain, le Poulain d’argent du Yennenga.

Mais entre-temps, quelques films malgaches ont assuré la présence de la Grande Ile au Fespaco et ont permis au cinéma malgache de se faire découvrir aux publics du continent africain. D’abord, Henri Randrianierenana en 2009 avec Ihorombey dans lequel s’illustre l’acteur Gégé Rasamoely pour qui cette sélection a littéralement boosté sa carrière.

Puis, en 2013, Haminiaina Ratovoarivony figurait dans la sélection officielle avec Malagasy mankany, dans la catégorie fiction vidéo numérique et séries télévisées (ce fut la dernière année où cette catégorie existait). Le succès du film à l’issue de son passage au festival illustre clairement le rôle déterminant du Fespaco en tant que tremplin pour les films africains. Le film a été à l’affiche d’une cinquantaine de festivals en Europe, en Afrique et aux Etats-Unis et a servi de véritable ambassadeur pour l’image malgache.

A la 25e édition du Fespaco en 2017, le réalisateur de Malagasy mankany est revenu au Fespaco pour présenter son court-métrage Antananarivo tiako ianao qui explore la thématique de l’exil dans un récit romancé avec en toile de fond la crise de 2009 à Madagascar.

En 2013, deux films produits par le Fonds Serasary ont été primés au Fespaco. Le Prix de l’effort de Nantenaina Rakotondravino a remporté le Prix de l’Interafricaine de la prévention des risques professionnels et le Prix de la Maison de l’Afrique Mandingo. Iny hono izy Ravorona de Sitraka Randriamahaly, seul film d’animation sélectionné au Fespaco en 2013, a quant à lui reçu le Prix Dan Faso de l’Ambassade du Danemark au Burkina Faso qui récompense le meilleur film d’animation. La 26ème édition du Fespaco se déroulera du 23 Février au 2 Mars 2019 à Ouagadougou.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer