Ma : En toute simplicité
7 mars 2017 - La mode Styliste commentaires   //   613 Views   //   N°: 86

Ni discrète ni timide, la styliste Ma recherche juste la simplicité qui pour elle reflète la vraie valeur des choses. Ses créations, sans artifices et sans froufrous, épousent parfaitement le corps des femmes. En deux mots : élégance et simplicité.

Nouvelle venue dans l’univers de la mode malgache, Malalatiana Randrianalidera signe sous le nom de Ma et célèbre en ce mois de mars sa première année comme styliste. Jeune femme et jeune maman, elle prône la simplicité, reflet de sa personnalité, sans pour autant rejeter le côté moderne dans ses créations. « Je pense que la mode est une forme d’éducation comme une autre », affirme-t-elle. Engagée contre l’instrumentalisation de la femme qui pour elle n’est pas un objet de désir sexuel, elle défend un vêtement respectueux du corps et surtout reflet fidèle de la personnalité.

« Chaque femme mérite le respect. Pas d’extravagance ni de vulgarité, mes créations se situent dans la simplicité et l’équilibre des coupes et du choix des matières. » Le coton reste son tissu de prédilection mais elle se laisse aussi tenter par le mélange des matières et des couleurs. « J’ai un style minimaliste, on me le reproche souvent (rires). Les gens me considèrent comme vieux jeu ou trop classique, mais pour moi, l’élégance réside dans la simplicité. J’aime la beauté naturelle des choses. » On ne lui en tiendra pas rigueur car le minimalisme est toujours à la pointe de la tendance cette année, même dans la décoration.

La signature de Ma, c’est aussi la coupe asymétrique qui donne une valeur ajoutée aux vêtements et à ceux qui les portent. « Pour les personnes qui ont des formes, cette coupe est la plus adaptée. En fait, j’essaie de m’adapter à la morphologie de chacun. » La jeune styliste est résolument attachée à cette « pudeur malgache » qui se retrouve dans la longueur des jupes ou des robes ou dans la descente raisonnée des décolletés.

Ma puise ses idées dans les créations de stylistes étrangers comme le Libanais George Chakra ou le Français Olivier Rousteing : « Comme eux, j’aime le jeu des découpes et le mariage des matières. » Mais aussi dans deux stylistes locales, Marikà et Tantely Rakotoarivelo. « Je couds depuis l’âge de 7 ans, grâce à ma mère qui est couturière, et après avoir enchaîné les écoles de couture. Mais ma rencontre avec Marikà et Tantely m’ont permis de trouver ma voie dans la mode. Jusqu’alors, mes vêtements circulaient uniquement dans le cercle familial et amical. »

Perfectionniste, Ma ne laisse rien au hasard, chaque détail est bien pensé. « Je ne suis pas très jupes, sauf sur commande. Je trouve que les robes sont plus élégantes et féminines. » Elle excelle également dans la création des vêtements pour enfants. Ce mois-ci, elle présentera sa nouvelle collection accompagnée par les stylistes Jaomatana, Tantely Rakotoarivelo et Marikà. Pour son défilé personnel, rendez-vous est pris au mois d’octobre prochain.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer