Les passantes
16 juillet 2019 - La mode Making Off commentaires   //   283 Views   //   N°: 114

Dedicated to L.F.

Arabesque
Cape à fourrure Orlin
625 000 Ar

Pull
315 000 Ar

Pantalon
Briefly 375 000 Ar

Via Milano
Robe Enrico Coveri 375 000 Ar

Aigle d’Or
Pochette 65 000 Ar

Les petites choses de Paris
Boots 140 000 Ar

Via Milano
Robe Enrico Coveri
375 000 Ar

Aigle d’Or
Pochette
70 000 Ar

Body OÔRa
150 000 Ar

Bottes noires cache-cache
180 000 Ar

Dentelle Passion
Bombers Cache-cache
220 000 Ar

Dentelle Passion
Tenue de sports OÔRA
150 000 Ar

Dentelle Passion
Boots
140 000 Ar

Dentelle Passion
Robe Pailletée
180 000 Ar

Les petites choses de Paris
Talons Mim
120 000 Ar

Dentelle Passion
Perfecto Cache-cache
150 000 Ar

Robe Morgan
450 000 Ar

Boots
140 000 Ar

Arabesque
Cape à fourrure Orlin
625 000 Ar

Pull
315 000 Ar

Pantalon Briefly
375 000 Ar

La Sobika
Casquette
24 000 Ar

Carambole
Robe Tanikely
79 000 Ar

Carambole
Robe Dera
73 000 Ar

La Sobika
Débardeur
36 000 Ar

Aigle d’Or
Sandales Randrana
33 000 Ar

La Sobika
Débardeur
36 000 Ar

Aigle d’Or
Sandales Miharana
34 000 Ar

Les petites choses de Paris
Parka Cache-cache
130 000 Ar

Robe Cache-cache
100 000 Ar

Arabesque
Chemise Carla Kops
285 000 Ar

Arabesque
Pantalon JAD
295 000 Ar

Maybelline New York

Colorshow Khol 520 Village
Face Studio setting spray 100 Lasting
Rouge à lèvres Superstay Matte Ink 25 Heroine
Tatoo brow waterproof gel 04 Medium
Mascara Total Temptation Waterproof
Vernis à ongles Tenue & Strong concrete pastel 913

Photographe : Andriamparany Ranaivozanany
Prise de vue : Andralanitra
Modèles : Princilla & Patricia
Make-up : Maybelline New York
Maquillage : Aina Matisse

Et tous ces inconnus qui mettent à la voile
Sur de longs autobus aux voyages hachés
Laissent de leur limon intime à des étoiles
Qui brillent tristement au coin des rues barrées 

Les âmes des putains qui ont été mariées
Errent dans les mairies aplaties sous des chaises
Le patronyme les travaille et l’hyménée
Les agace beaucoup plus que la Marseillaise 

Le ventre au chaud les pieds sanglés de crocodile
Das Kapital prend son café au bar du coin
L’air effaré parmi la merde de la ville
Le pourboire agressif et l’œil américain 

Une fille gonflée au-devant comme une outre
Le regarde agacer le sucre au fond du pot
Et pense mais trop tard au prolétaire foutre
Qui la fait respectable et lui crève la peau

Et tous ces inconnus qui mettent à la voile
Sur de longs autobus aux voyages hachés
Laissent de leur limon intime à des étoiles
Qui brillent tristement au coin des rues barrées

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer