Le retour du disque vinyle
6 janvier 2015 - Vintage commentaires   //   2836 Views   //   N°: 60

Avec l’avènement du CD dans les années quatre-vingt, le bon vieux vinyle de papa semblait voué à l’extinction. Trente ans plus tard, il renaît pourtant de ses cendres alors que le CD est en chute libre, victime du téléchargement.

En 1947, la firme américaine Columbia (CBS) lance le disque vinyle longue durée, appelé LP (Long Play) ou 33 tours en raison de ses 33 révolutions par minute (en réalité 33 tours 1/3). Les sillons compressés et la vitesse de rotation réduite permettent de stocker jusqu’à vingt minutes de musique par face, beaucoup plus que le bon vieux 78 tours qu’il n’ a aucun mal à supplanter.

Les premières galettes sont encore monophoniques : la stéréo n’apparaît qu’à la fin des années cinquante, puis sous une formule mixte, la « gravure universelle », une stéréo compatible en mono. Pour concurrencer le 33 tours, Corporation of America (RCA) met au point à son tour un format de disque plus petit et plus adapté au budget des ados : le 45 tours, déclinable en single (un titre par face) et en Extended Play ou EP (deux titres par face).

Tel quel, le microsillon va régner sur les platines pendant trois décennies, jusqu’à ce que le CD (disque compact) vienne brutalement le détrôner à partir de 1982. Exit le vinyle ? Pas si sûr ! Au tournant des années 2000, les disc-jockeys passent à la techno et scratchent sur les vieux vinyle, tandis que les amateurs de HI-FI redécouvrent les vertus des galettes de papa. Il faut reconnaître que le son vinyle offre un rendu étonnant des aigus et une définition exceptionnelle de l’espace stéréophonique : la musique semble plus naturelle, moins « en boîte » qu’avec le CD.

Résultat, les ventes de microsillons ne cessent de grimper depuis dix ans. Si elles représentaient 30 % du chiffre d’affaires des disquaires en 2009, aujourd’hui elles tournent autour de 70 à 80 % ! Moribond, le disque noir reprend bel et bien des couleurs, alors que le CD est en passe de disparaître, flingué par le MP3…

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer