Kiady Lionel Randriamantrato : Un œil sur Tokyo
16 février 2017 - Diaspora Hexagone commentaires   //   1589 Views   //   N°: 85

Kiady Lionel Randriamantrato, 18 ans, est le Malgache qu’il faut suivre de très près. Pratiquant le taekwondo depuis son plus jeune âge, Médaille d’Or dans la catégorie junior de l’Open de Madagascar en 2016, il vise déjà les Jeux Olympiques de 2020.

Originaire de Tana, Kiady Lionel Randriamantrato quitte le pays pour poursuivre ses études en France dans la filière Droit à Paris Descartes. Passionné d’arts martiaux, il a été initié dès l’âge de 5 ans au taekwondo et sa passion pour cette discipline n’a cessé de grandir avec le temps. « C’est plus qu’un passe-temps ou un hobby, c’est presque une façon de vivre. Le taekwondo me permet de faire face aux problèmes extérieurs, de gérer mes sentiments comme la tristesse ou la colère. » Un sport qui lui permet également de se déstresser en période d’examen.

Ses médailles sont à l’image de son talent précoce. En 2009, à 10 ans, il est pour la première fois titré champion dans la catégorie benjamin (plus de 31 kg). À partir de cette année sa « carrière » est réellement lancée puisqu’un an après, il obtient le titre de champion dans la catégorie benjamin 2. En 2011, il reçoit la médaille d’argent. « En 2012, j’ai participé à un tournois et j’ai été éliminé. Je n’ai reçu aucune médaille. »

Mais le petit prodige n’a pas attendu Socrate pour comprendre que la chute n’est pas un échec : l’échec, c’est de rester là où l’on est tombé. En effet, en 2015, il revient en force à l’Open de Tananarive et gagne la médaille d’or en catégorie junior, suivie du titre de meilleur combattant masculin. Il faut bien que ses six heures trente d’entraînement par semaine servent à quelque chose ! Et cette fois, pas de baisse de régime. En 2016, il reçoit derechef la médaille d’or à l’Open de Madagascar, catégorie junior.

Même si Lionel ne pense pas faire de sa passion un métier, cela ne l’empêche pas de viser haut et loin, comme de rentrer au pays avec une médaille olympique ! « Mon objectif premier est de participer aux J.O. de Tokyo en 2020. Je mettrai toute ma détermination pour y arriver et revenir avec la première médaille olympique malgache de l’histoire. Pour montrer que malgré nos problèmes politiques et économiques, nous sommes toujours présents dans le sport. »

Selon lui, les arts martiaux à Tana souffrent d’un sérieux manque de promotion. « Pour beaucoup de Malgaches, pratiquer un art martial est encore une perte de temps et d’argent. La jeunesse malgache ne s’y intéresse pas. » Ça c’est dit ! Son souhait, promouvoir non seulement le Taekwondo, mais le sport en général à Madagascar. À quand le retour ?

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer