Journée Internationale de la femme : Santé pour tous
10 avril 2019 - Grand Angle commentaires   //   135 Views   //   N°: 111

Les 7, 8 et 9 mars 2019, plus de 45 membres du personnel du département ont participé à la prestation de quatre services : dépistage du VIH/Sida, consultation prénatale, planification familiale et échographie. Pendant ces trois jours, chacun d’entre eux a éduqué, expliqué, partagé et examiné des jeunes et des moins jeunes de tous les horizons.

Le test de dépistage du VIH/Sida est indolore et le diagnostic est rapide. 5 à 10 minutes après le prélèvement de l’échantillon de sang, les résultats du test peuvent être lus et compris par tous. Lapan’ny Tanana, Antananarivo, 52 2019.

L’injection est une méthode de contraception de trois mois, présentée ici comme étant administrée par une infirmière pendant l’événement. Lapan’ny Tanana, Antananarivo, 2019.

Stratégiquement située au premier rang devant l’Hôtel de Ville, la direction de la commune de santé et d’hygiène urbaine d’Antananarivo a été pleinement mobilisée pour la Journée internationale de la femme. Le personnel qui occupait trois tentes lors de l’événement était composé de médecins, d’ambulanciers paramédicaux, d’éducateurs et d’infirmières. Ils avaient apporté avec eux une quantité exceptionnelle de matériel, d’équipements et une attitude implacable. Le personnel de VIH/Sida était en alerte, ils ont testé plus de 200 participants au cours de la manifestation. Les patients à l’arrivée étaient inquiets. Ils ont été accueillis et ont reçu une brochure sur le virus, ses effets et la contraception.

Une fois que les données biologiques respectives sont collectées et que le patient est prêt, une piqûre d’aiguille et une goutte de sang sont placées sur la lame de test. Le patient doit attendre 5 à 10 minutes pour obtenir le résultat. Pour certains, il s’agit des minutes les plus longues de leur vie.

Solofo, âgé de 33 ans, arpentait la salle entre le personnel et les passants, il ne pouvait tout simplement pas supporter le résultat par lui-même ; finalement, ses amis le lui ont transmis. Historiquement, le nombre de cas de VIH à Madagascar est relativement faible en raison de sa situation géographique. La dernière estimation officielle de 2014 était de 0,3 % de la population totale. Mais ce pourcentage a fait l’objet de critiques et d’un examen approfondi par des organismes internationaux en raison de son invalidité et de l’évolution de l’arène politique qui limite l’aide au développement étrangère.

Le bureau de planification familiale et de consultation prénatale était moins occupé. Avec environ 10 consultations par jour, ils ont volontiers répondu aux questions, expliqué les méthodes disponibles et proposé gratuitement aux personnes intéressées des solutions respectives. Les solutions comprenaient la distribution de contraceptifs quotidiens (préservatifs), mensuels (pilules), trimestriels (injection) ou annuels (implant). Un implant qui reste pendant 3 ans doit être retiré.

La salle d’échographie était la plus fréquentée, les réservations étaient faites le premier jour et la liste était pleine. Ils ont eu plus de 90 visites par jour. L’appareil à ultrasons est généralement utilisé pour évaluer le développement du foetus et détecter des problèmes au niveau du foie, du coeur, des reins ou de l’abdomen. Les médecins ont gentiment accueilli les patients et leur ont expliqué leur diagnostic, leur ont remis une copie du scanner et leur ont présenté leurs recommandations.

Pour le docteur Hervé, le médecin chef responsable, la campagne a permis d’atteindre ses objectifs. Elle a fourni un diagnostic et a aidé certains de ceux qui n’ont pas les moyens de se payer ces services de base. Il affirme cependant que cela est insuffisant pour effectuer un changement réel, car des opérations similaires doivent être mises en oeuvre non seulement à Tana mais dans le reste des communes et des villes de Madagascar. Le résultat du test VIH est 235 négatifs pour le VIH et 1 positif (0,4 %).

Mme Ando, sage-femme, conseille une des dames visitant le bureau de planification familiale et de consultations prénatales. Lapan’ny Tanana, Antananarivo, 2019.

L’appareil à échographie est généralement utilisé pour évaluer le développement du foetus et pour détecter des problèmes au niveau du foie, du coeur, des reins ou de l’abdomen. Dr Elian examine une femme enceinte. Lapan’ny Tanana, Antananarivo, 2019.

L’équipe d’échographie a été la plus occupée. Le Dr Elian explique son diagnostic à une mère et à une fille. Lapan’ny Tanana Antananarivo, 2019.

Entre 60 et 70% de la population malgache vit à plus de 5 kilomètres d’un centre de santé. L’accès aux soins médicaux reste des défis majeurs auxquels la direction de la santé et de l’hygiène doit faire face. Lapan’ny Tanana, Antananarivo, 2019.

Texte et photos : #ToniHaddad

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer