Jennie : Escort girl pour âmes solitaires
31 mars 2017 - By night commentaires   //   4155 Views   //   N°: 86
Les propos exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur. Il est entendu que no comment® ne fait en aucune façon et sous quelque forme que ce soit la promotion de la prostitution. Cet article est le simple refelt d’une réalité sociétale actuelle à Madagascar.

Quand les hommes se sentent seuls, ils se tournent vers Jennie. Une jeune escort girl qui a troqué les bancs de l’école contre les draps de soie d’hôtel. Agée de 21 ans, elle assume sa double vie et veut aller plus loin en tant qu’accompagnatrice.

Escort girl à Mada, c’est évident ?
C’est un métier comme un autre. Je ne vois pas pourquoi c’est mal vu par les Malgaches, pourtant je ne fais rien de mal. Je réponds juste à la demande de nombreux hommes en détresse. Cela fait quatre ans que je suis dans le métier, j’ai pu faire de belles rencontres avec des Malgaches, des Français et des Réunionnais. J’ai plusieurs identités selon le type de client. Il y a Jennie, la bombe sexy prête à tout faire pour les étrangers. Nanah, l’amie coquine qui aime la compagnie des Malgaches. Jessie et Jessica qui posent pour des lingeries sexy. J’adore ce métier et le romantisme qui en découle. Je suis même tombée amoureuse d’un vieux client français qui vient à Madagascar tous les quatre mois. Je préfère les vieux. Ils sont matures, ont beaucoup d’assurance au lit.

Une soirée de Jennie, c’est comment ?
C’est torride. On mange d’abord ensemble au restaurant. Je l’accompagne ensuite à des soirées puis on finit dans sa chambre d’hôtel où je lui fais sa fête.

Parfois, le client veut juste que je l’écoute me parler de ses problèmes. Le client est surtout à la recherche d’un partenaire qui sache le satisfaire aussi bien sur le plan émotionnel que physique. Je facture à partir de 50 000 ariary de l’heure selon la nationalité. Rien que pour la Saint-Valentin, j’ai eu dix clients. Dès fois, le client m’offre un voyage. Dernièrement, j’ai accompagné un Français à Andasibe pendant trois jours.

Pourquoi avoir choisi ce style de vie ?
Au début, c’étaient des amies qui m’ont encouragée du fait qu’on y gagne pas mal. Ensuite, c’est devenu un réel plaisir. D’autant plus que mon père est un ivrogne et qu’il n’arrive pas à subvenir aux besoins de notre famille. Quant à ma mère, elle fait partie des marchands ambulants qui sont tout le temps pourchassés par la Commune. Il me revient donc d’aider ma mère dans toutes les dépenses. Je mets mes économies sur un compte mobile money pour qu’elle ne se doute de rien. Elle croit que je gagne ma vie en tant que serveuse.

Et l’amour ?
Peut-être que je le trouverai parmi mes rencontres. J’aimerai m’épanouir en tant qu’escort girl. J’étudie actuellement l’anglais au Cnela pour avoir des clients britanniques et américains. Pour être au top, je prends mes précautions en faisant un test VIH tous les mois. Comme on dit prudence est mère de sûreté.

Propos reccueillis par #PriscaRananjarison

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer