Iony Razafiarison : Parcours de combattante
3 mai 2017 - Loisirs commentaires   //   537 Views   //   N°: 88

Classée dans le Top 20 mondial féminin en Mixt Martial Art (MMA) ou combat libre, Iony Razafiarison est en train de devenir l’étoile montante de sa discipline. Venue en France pour s’entraîner pendant trois mois, la jeune femme est devenue une professionnelle au bout de six ans. Une combattante redoutable !

Le parcours de Iony Razafiarison doit tout au hasard. Elle est repérée par Daniel Quoniam, le pionnier du MMA, venu à Madagascar pour initier des jeunes à l’occasion d’un stage. La première fois qu’il rencontre Iony, il lui demande d’affronter trois judokates dont l’une est ceinture marron. Elle gagne les trois combats. Pourtant, la jeune femme ne connaissait rien à ces sports ! « Je n’en ai jamais pratiqués et je n’étais pas intéressée par les arts martiaux », souligne-t-elle.

C’est à son arrivée en France, à l’âge de 27 ans, qu’elle commence à s’entraîner et devient une professionnelle au bout de six ans. « Selon les experts, mon évolution est exceptionnelle car je n’avais aucune base. » Interdit en compétition en France, le MMA est un sport de combat complet qui mixe différentes techniques comme les coups de pied, de poing, de coude et de genou ainsi que des techniques de projections et de percussions au sol.

Aujourd’hui, membre du MMA Factory Paris, Iony, est dans le Top 20 mondial dans la catégorie poids plume, moins de 66 kg. Après deux ans d’absence, elle est parvenu à battre l’Irlandaise Sinead Kavanagh en la maintenant au sol durant le Bellator 173, un événement international qui s’est déroulé à Belfast, en Irlande du Nord, en février 2017. Le Bellator MMA est la deuxième plus grande organisation d’arts martiaux organisée aux États-Unis après l’Ultimate Fighting Championship (UFC) « J’ai signé un contrat avec le Bellator en 2015 car il veut promouvoir la catégorie féminine poids plume. En juin 2015, j’ai été battue par Bryanna Fissori au Bellator 139 sur décision unanime du jury. J’étais déçue mais je n’ai pas baissé les bras. Cette victoire contre Sinead Kavanagh, jusque-là invaincue, prouve qu’il faut toujours persévérer. Dans mon palmarès, je n’ai qu’une seule défaite sur 25 combats », lance-t-elle fièrement.

Ce mental d’acier, Iony le doit surtout à ses heures d’entraînements et à l’équipe qui l’entoure. « Je m’entraîne trois fois par jour toute la semaine. Quand je sens la fatigue, je me repose. Je suis également suivie par une nutritionniste, une équipe de médecins, un kiné, sans oublier ceux qui m’aident pour la préparation mentale. » Pour chaque discipline, elle est encadrée par huit coaches pour ne citer que Thomas Loubersanes, son coach au sol, Jonathan Lemaire-thiam, son professeur de lutte sur mesure, ou encore Fernando Lopez et Daniel Quoniam. Toujours motivée pour aller plus haut, Iony espère devenir la première combattante internationale dans sa catégorie.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer