Imanitrala : Une fiction étrange et belle
10 juin 2019 - Cultures commentaires   //   217 Views   //   N°: 113

Rideau sur la 14e édition des Rencontres du Film Court (RFC) qui s’est tenue à Antananarivo du 19 au 27 Avril 2019. La soirée de clôture a été l’occasion de découvrir la première version du court-métrage lauréat du Fonds Serasary en 2018, « Imanitrala », réalisé par Andry Ranarisoa.

Andry Ranarisoa

Imanitrala est une oeuvre atypique qui détone dans la filmographie de ces dernières années. Elle aborde le réalisme magique, le fantastique, des genres qui restent encore peu exploités dans le milieu du cinéma malgache. Du point de vue du scénario, le film installe délibérément une atmosphère emplie de mystère. Le film ne s’étale pas beaucoup sur la vie antérieure du protagoniste. On parle d’un militaire d’origine modeste qui a quitté femme et enfant pour deux ans de service militaire dans une contrée lointaine d’Antananarivo. Là-bas, il est accueilli par un couple de vieillards.

À la veille de son départ pour rejoindre sa famille, ses hôtes lui parlent de l’étrange histoire d’une femme dansant sur une colline tous les soirs. Son statut d’étranger ne lui permet pas de venir observer cette femme pratiquer son rituel. Mais les deux vieillards vont l’aider à assouvir sa curiosité et aller à la rencontre de celle qui s’appelle alors Imanitrala. Une quête obsessionnelle qui fera tomber le militaire dans le même piège que les hôtes des années auparavant.

À part l’originalité de l’intrigue, le film développe un rythme et une tonalité qui viennent servir l’ambiance du film. De splendides ralentis épousent la musique douce qui revient souvent en leitmotiv. La lenteur du rythme, la rusticité du décor, tout cela contribue à renforcer cette impression de pénétrer dans un univers mystique. Mention particulière est faite pour une scène nocturne se déroulant dans la forêt et dont l’harmonieuse gestion des ombres et lumière n’est pas sans rappeler le film Tropical Malady (2004) de Apichatpong Weerasethakul.

La distribution du film révèle aussi l’envie du réalisateur de briser les murs invisibles qui séparent les professionnels du milieu. Il a fait appel à Ratrema, une figure de proue du cinéma populaire malgache, Herizo Rabary (le militaire), acteur polyvalent dont le talent n’est plus à démontrer, issu de la génération RFC, et Mbolatiana Randrianarivo, une nouvelle venue qui signe un essai concluant dans l’interprétation du personnage d’Imanitrala, son premier rôle à l’écran. Imanitrala est un film prometteur qui séduit à la fois l’imagination et les sens. Un « work in pro`gress » qui mérite le détour.

Aina Randrianatoandro
#AssociationdescritiquescinédeMadagascar (ACCM)

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer