Ils font bouger les lignes
26 octobre 2018 - In & Out commentaires   //   182 Views   //   N°: 105

Amadeus
Un monde de zombis

Quand des fans de jeux vidéo inscrits en quatrième année d’informatique à l’Institut supérieur polytechnique de Madagascar (ISPM) décident de se réunir pour donner vie à un projet, cela donne Amadeus, le premier jeu vidéo de réalité virtuelle en immersion totale Vita Gasy. C’est le 31 juillet dernier, lors du Salon de l’ISPM qui s’est tenu au Carlton Madagascar que Fanirisoa, Andry, Cédric, Oswald, Holzer, Sedera, Heriniavo et les autres membres de leur équipe ont présenté la version béta d’Amadeus. « Ce jeu fonctionne en stream depuis un PC. Les joueurs munis d’un casque de réalité virtuelle et d’un fusil VR que nous avons conçu nous-mêmes devront essayer de survivre à une apocalypse zombi. » Pour que l’immersion soit totale, ces jeunes développeurs ont mis au point un dispositif d’intelligence artificielle qui permet de détecter tous les mouvements des joueurs et de les reproduire aussi fidèlement que possible dans le jeu. Actuellement, l’équipe travaille d’arrache-pied pour sortir la version finale du jeu.

Sayna
Le digital contre la pauvreté

Elle a 20 ans, elle est étudiante en troisième année en sciences politiques à La Sorbonne, Paris, et à l’issue de sa participation au Startup Weekend Paris Édition Madagascar 2017 elle a fondé son entreprise Sayna, qui a été sacrée meilleure entreprise sociale à Madagascar en 2018 par l’Organisation internationale de la Francophonie. Elle, c’est Matina Razafimahefa, un petit bout de femme qui croit dur comme fer que le travail numérique peut sortir le pays de la pauvreté. A travers Sayna, Matina dispense des formations gratuites de développeur web qui durent quatre mois à des jeunes Malgaches vivant dans la précarité. « Ce sont les entreprises locales qui financent le coût de la formation d’un ou plusieurs jeunes pour ensuite les recruter. Nous misons sur les jeunes et nous permettons à des entreprises comme le groupe Axian, la Star, Accès Banque ou encore Passion 4 Humanity d’avoir un impact social majeur au travers de leur politique de recrutement. »

En juillet dernier, Sayna a présenté sa première promotion, composée de 12 étudiants, lors d’une cérémonie à Androhibe. Dix d’entre eux ont déjà été recrutés au sein de ces sociétés. Sur le long terme, Sayna se donne pour objectif de former 10 000 « digital workers » aptes à travailler dans tous les métiers du digital.

Ecofriendly
Les cosmétiques se mettent au Violet

Vous êtes à la recherche de cosmétiques bio mais vous ne savez pas où vous en procurez ? Eh bien votre problème est résolu grâce à Violet, une société de production de cosmétiques naturels certifiés bio fondée par Lova Andriamitandro. « Mon mari et moi souffrons de problèmes endocriniens. Nous avons appris que c’était dû à l’utilisation quotidienne de certains produits qui contiennent des composants chimiques. J’ai donc décidé de créer mes propres produits naturels. » Après avoir suivi une formation en cosmétologie en France, Lova Andriamitandro a commencé à concevoir une gamme de produits qui sort de l’ordinaire. Violet est aussi « eco-friendly », d’où ses rouges à lèvres naturels en pots réutilisables ainsi que ses shampooings et déodorants solides sans contenants qui ont été commercialisés pour la première fois en mai dernier. « Nous essayons autant que nous pouvons de ne pas utiliser de plastique car nous avons à cœur de protéger l’environnement. »

Actuellement, Lova Andriamitandro prévoit d’élargir sa gamme de maquillage avec du mascara et des fards à paupières et de lancer une gamme de soins pour le visage.

Kalesa 3.0
Le robot 100 % malgache

En août dernier, Lalaniaina, Milà, Toky, Tojo et Kevin, se sont rendus au Mexique pour représenter Madagascar lors de l’édition 2018 du First Global Challenge (FGC), une compétition internationale de robotique destinée aux étudiants de 15 à 18 ans ayant pour objectif d’encourager la passion pour les sciences et les technologies chez les jeunes.

Face aux 185 pays qui ont participé au FGC, l’équipe malgache est arrivée à la 106e place avec leur robot baptisé Kalesa 3.0. « Ce robot reflète la débrouillardise des Malgaches car nous n’avons utilisé que certaines pièces du kit qui nous a été envoyé », explique fièrement Andry Ravololonjatovo, un des mentors de l’équipe qui est aussi membre du mouvement STEM4Good. La participation de Madagascar à ce concours est déjà une victoire en soit d’après les mentors car cela a permis de promouvoir la science et les technologies auprès des jeunes et de booster la confiance en soi des geeks du pays. Actuellement, les membres de STEM4Good préparent activement les sélections de l’équipe qui représentera Mada à l’édition 2019 du FGC.

Pages réalisées par #MioraRandriamboavonjy

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer