Ils font bouger les lignes
28 août 2018 - In & Out commentaires   //   312 Views   //   N°: 103

He For She Madagascar : Genre ça m’intéresse

Sthela Gun Holly Hanitrinirina est une travailleuse sociale et une étudiante en gender studies (étude des genres) à l’Université Luther College en Iowa, aux États-Unis. Cette année, après avoir remporté le concours de projet Davis Project for Peace, elle a été choisie pour implanter He For She à Madagascar. Ce programme des Nations Unies œuvre pour le respect des droits de l’Homme et pour l’égalité des genres. Ses objectifs ? Faire connaître les droits humains et valoriser la place de la femme dans la société malgache. « L’inégalité entre les hommes et les femmes est présente partout dans le monde mais à Madagascar, on fait comme si c’était quelque chose de normal. He For She veut donner les même chances de réussir aux hommes et aux femmes en les plaçant sur un même pied d’égalité. » En collaboration avec les Nations Unies, 

Sthela a organisé une formation le 16 juillet dernier dans la capitale avec 44 jeunes leaders malgaches issus des 22 régions afin qu’ils puissent apporter un changement positif qui s’aligne avec les objectifs du programme au sein de leur communauté, tout en créant des clubs He For She dans chaque région.

Boissa : Sans modération

Le 21 juin dernier, les visiteurs du Salon de l’industrie de Madagascar à la Zone Forello Tanjombato ont pu découvrir les boissons de l’entreprise Boissa, une société de transformation agroalimentaire de fruits et légumes. Derrière cette entreprise, son trouve Nomena Andrianantoandro, Zaheda Taky et Olivia Rafetison, trois superwomen qui ont pour objectif de valoriser les richesses du terroir en proposant des smoothies 100 % naturel et vita malagasy. « Beaucoup de Malgaches se tournent vers un mode de vie plus sain alliant sport et nutrition équilibrée, mais il est dommage de voir que le marché local est inondé de boissons importées qui sont pour la plupart chimiques. » C’est là qu’interviennent les produits Boissa qui sont des mélanges de fruits, de légumes et de lait de riz riche en nutriments. Le tout sans sucre et sans conservateur, s’il vous plaît ! Ces trois drôles de dames ont également voulu faire de Boissa une entreprise écoresponsable.

C’est pour cela que la société a développé un partenariat avec l’association Green N Kool pour le recyclage des bouteilles. Sur le long terme, elles envisagent des partenariats avec des salles de sports et de se tourner vers la production industrielle.

Ivanka Madagascar : Drôle de coco

A Madagascar, l’huile de coco, on peut en trouver à tous les coins de rues. Par contre, pour ce qui est de trouver de l’huile de coco pure et extraite à froid, c’est une toute autre histoire ! Mais ça, c’était avant que l’entrepreneure Soloarisoa Razakazafy décide de créer Ivanka Madagascar, la première entreprise malgache de production d’huile de coco vierge extraite à froid. Plus qu’un simple business, la fabrication de ce produit est une passion pour Soloarisoa qui se charge à elle seule de faire tourner sa société. Très recherchée pour ses nombreuses vertus, l’huile de coco qui provient de l’extraction à froid est sans odeur et conserve tous ses nutriments, contrairement à celle obtenue par séchage, ce qui en fait une alliée de choix pour le traitement de certaines pathologies. « En plus des soins pour les cheveux et la peau, elle est aussi comestible. Elle permet notamment de réguler le taux de sucre, le cholestérol et de faciliter la digestion. »

Grâce à Ivanka Madagascar, Soloarisoa a pu exporter le « vita malagasy » à l’étranger notamment à la Réunion et en France où ses produits sont distribués par Pok Pok Madagascar.

E-Tety : Le tourisme à l’ère du numérique

En mai dernier, Anita Volatsara et son équipe ont gagné la première place au concours d’entrepreneuriat StartUp Week-end Fianarantsoa grâce à E-Tety, leur site internet de planification de voyage en ligne. Avec cette plate-forme, ils veulent non seulement développer le secteur touristique mais surtout rendre le tourisme plus accessible aux Malgaches. « À Mada, la majorité des opérateurs touristiques priorisent le tourisme internationale. Ils proposent aussi des prix qui ne correspondent pas au pouvoir d’achat des malgaches qui devraient être les premiers à profiter de la beauté de leur pays et nous voulons y remédier. » À l’ère du numérique, E-Tety propose à sa clientèle un tourisme entièrement digitalisé qui lui permettra d’organiser son périple en quelques clics. Étant donné que les séjours vers les destinations paradisiaques comme Nosy Be ou Sainte-Marie ne sont pas données,

le site se spécialise dans l’organisation de voyage de groupe pour réduire le coût des offres qu’il propose. Loin de vouloir concurrencer les tours opérateurs, E-tety veut au contraire mettre en valeur le professionnalisme des différents acteurs du secteur touristique avec lesquels il travaille en étroite collaboration. La plate-forme prépare l’inauguration de son premier circuit vers l’Isalo en septembre prochain.

Pages réalisées par #PriscaRananjarison et #MioraRandriamboavonjy

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer