Ils font bouger les lignes
31 janvier 2018 - In & Out commentaires   //   444 Views   //   N°: 96

Tahina Ralitera : Une femme savante

Tahina Ralitera, un nom que vous feriez bien de retenir, et pour cause ! Cette jeune Malgache de 24 ans fait partie des 30 femmes à avoir reçu en octobre 2017 la bourse L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science. Créé par la fondation l’Oréal, en partenariat avec la Commission nationale française de l’UNESCO et l’Académie des Sciences, ce programme récompense chaque année des jeunes femmes qui excellent dans le domaine de la science.

Pour cette étudiante en troisième année de doctorat en informatique au Laboratoire d’informatique et de mathématique (LIM) de l’Université de la Réunion, l’obtention de cette bourse est l’occasion de promouvoir la participation des femmes dans la recherche scientifique et de mettre en lumière ses travaux de recherche.

« Mon équipe travaille en collaboration avec des chercheurs de l’Imperial College London (ICL). Nous développons un logiciel de simulation des flux de déplacement de voitures électriques dans les villes et les îles. C’est un modèle de simulation à base de systèmes multi-agents qui est une technique de l’intelligence artificielle. Dans ma thèse, j’effectue une application pour le cas de Londres et de la Réunion. » Actuellement, un prototype de ce logiciel est déjà fonctionnel à Londres. Aspirant à devenir enseignante-chercheuse, la jeune femme envisage à long terme d’effectuer des missions d’enseignement et de formation à Madagascar ou de travailler en partenariat avec des entreprises locales. You go, girl !

Binastore : La nouvelle enseigne béton

C’est sous la nouvelle enseigne Binastore que le groupe Lafarge Holcim a entrepris le déploiement de son réseau de points de vente spécialisé dans les matériaux de construction en Afrique et au Moyen-Orient. Le groupe ambitionne de faire de cette marque une référence pour tous les constructeurs de la région Afrique et Moyen-Orient. A Madagascar, le lancement officiel du premier réseau de franchise Binastore a eu lieu le 30 novembre dernier à l’Hôtel Ibis à Ankorondrano. « L’implantation de cette nouvelle marque s’inscrit dans notre stratégie à long terme pour développer nos activités de distribution dans les pays émergents. Madagascar représente pour nous un marché clé qui permettra de renforcer notre présence sur le marché, à l’échelle internationale. La Grande Ile est la première à bénéficier de ce réseau de franchise dans l’océan Indien », explique Urs Straub, Chief Executive Officer (CEO) Cluster océan Indien du Groupe Lafarge Holcim.

Le lancement officiel de la marque a été suivi par l’inauguration du nouveau showroom Binastore à Tsaralalana et du magasin pilote à Ambatomirahavavy, le 1er décembre 2017. Au total, 72 autres points de vente seront répartis à travers le pays, notamment à Antsirabe, Toamasina et Fianarantsoa.

Soanala : Le maquillage passe au vert

En septembre dernier, les produits de la marque Soanala ont fait leurs débuts au Zero Waste Festival. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ne sont pas passés inaperçus ! Des baumes et des rouges à lèvres artisanaux, 100 % naturels, écolo et vita gasy, ça ne court pas les rues. Créée à l’initiative de Dina Valisoa Ratsisetraina, Soanala veut prouver que les produits naturels peuvent donner de meilleurs résultats que les industriels. « J’ai découvert que la majorité des baumes et des rouges à lèvres présents sur le marché contenaient des produits chimiques qui peuvent être très néfastes pour la santé. La solution était les cosmétiques naturels mais je n’en ai pas trouvé à Mada, alors qu’ici les matières premières abondent. »

Avec l’aide de Luana Karen Andriamamonjy, Anja Ramananarivo et Jérémie Randranto, Dina Valisoa a mis au point toute une gamme de baumes et de rouges à lèvres en valorisant les produits locaux.

« Nous utilisons notamment du beurre de karité, de la cire d’abeille, ou encore du cacao qui nous sont fournis par des producteurs locaux, histoire de contribuer à l’économie du pays. Pour ce qui est du conditionnement, nous utilisons des tubes recyclés. » Etant donné le succès que rencontre leur marque, la fine équipe prévoit d’augmenter leur rendement sans pour autant tomber dans l’industrialisation. On y croit !

Olga Vololona Rakotoarimanga
« On ne peut avancer sans industrialiser »

D’après un rapport sur la compétitivité industrielle, Madagascar se positionne à la 116e place sur 133 pays. Le secteur industriel ne représente que 14,8 % dans le PIB (produit intérieur brut). « Madagascar est plus qu’en retard en matière d’industrialisation et le 0,7 % du budget général de l’État accordé au ministère de l’Industrie et du Secteur privé n’arrange rien », pointe Olga Vololona Rakotoarimanga, représentante de la Conférence des travailleurs de Madagascar (CTM). Face à ce constat, l’Alliance pour une industrialisation durable a été lancée en décembre dernier, précisément pour faire pression sur l’État. « On ne peut avancer sans industrialiser. Nos actions de lobby portent sur l’orientation de la politique commerciale étant donné que 95 % des produits non agricoles sont importées. Il faudrait également la mise en place d’un système fiscal et d’accès aux financements sachant que le taux d’intérêt bancaire est actuellement très élevé et atteint les 20 %. »

L’Alliance réunit cinq entités dont le Syndicat des industries de Madagascar (SIM), le groupement du patronat Fivmpama, la plate-forme syndicale de la solidarité des syndicats de Madagascar (SSM), le Cercle de réflexion des économistes de Madagascar (Crem) et la CTM. L’Alliance suit également de près le projet de loi sur le développement industriel qui aurait déjà dû être adopté en juillet dernier.

Pages réalisées par #MioraRandriamboavonjy et #PriscaRananjarison

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer