Ils font bouger les lignes
18 octobre 2016 - In & Out commentaires   //   3151 Views   //   N°: 81

Carole Rakotondrainibe
À table !

Lancé le 27 juillet, le site restaurants.mg propose un annuaire des bonnes tables de la capitale mais aussi dans les régions. Des interviews de grands chefs et des reportages sur les gens du métier sont aussi proposés aux internautes. Une vraie bonne idée ! « Le concept nous est venu assez simplement. Un soir, le cofondateur et moi voulions allez au resto et nous ne savions pas où chercher les adresses des bonnes tables », explique Carole Rakotondrainibe. Ils décident alors de créer eux-mêmes une plateforme comme Lafourchette.com en France. Pour le moment, il n’est pas encore possible de réserver directement via le site, mais ça ne saurait tarder. L’autre objectif d’ici la fin de l’année ? Répertorier 300 établissements au moins !

Mihaja Andrianarivony
Objectif qualité

À tout juste 21 ans, Mihaja Andrianarivony, diplômé de l’Institut supérieur de technologie de Madagascar, fait partie des jeunes entrepreneurs malgaches qui ont participé au forum Ambition jeunes 3 du 14 au 16 septembre à Maurice, la rencontre annuelle de Synergie Jeunes, le réseau des jeunes entrepreneurs de l’océan Indien, soutenu par l’OIF (Organisation internationale de la Francophonie). « Ce forum dédié au leadership et à l’entreprenariat nous a permis de bénéficier d’ateliers et de formations pour apprendre à mieux gérer ses entreprises, équipes ou projets, et faire du réseautage d’affaires.Nous avons également pu rencontrer des investisseurs potentiels sur la sous-région. » Car Mihaja Andrianarivony voit grand et loin pour sa start-up baptisée Seipmi (Société d’étude d’infrastructure et optimisation de la production-maintenance industrielle).

« Je suis convaincu que le développement de Madagascar ne se fera que lorsque les industries locales seront aux normes internationales. » Seipmi œuvre en ce sens comme bureau d’étude spécialisé dans la conception de sites industriels et le suivi de conformité aux normes. La start-up désire également accompagner les jeunes porteurs de projet, de la conception à la commercialisation de leurs produits.

Yvon Kamena
Bon pour le tourisme

Si Madagascar a l’objectif d’accueillir un million de touristes en 2020, Yvon Kamena y apporte sa contribution en facilitant la consommation des touristes. Il a lancé voici cinq ans Kame-com, une start-up spécialisée dans la promotion et la communication des produits et services en ligne. Diplômé en études marketing et commerce international à l’École supérieure Sacré-Cœur d’Antanimena, il oriente d’abord Kiakoi comme plate-forme de préachat dans l’habillement, la téléphonie, l’informatique, etc… Puis conscient de la potentialité du secteur touristique, il élargit son public cible vers les touristes. Kiakoi permet aux acteurs du secteur -

hôtels, restaurants, transporteurs – d’y faire connaître leur activité sans budget conséquent. « Nous voulons mettre en avant tous ceux qui ont quelque chose à proposer dans ce domaine. Je trouve que les informations sur les offres touristiques sont quelque peu diluées et confuses. » La plate-forme propose également Pik’lah, un service de géolocalisation de taxis.

Ny Hindra Randrianarimahefa
Génération utile

Ny Hindra Randrianarimahefa fait partie de cette jeune génération qui veut se rendre utile à son pays. Membre de l’association Liberty 32 depuis 2014, elle participe à l’animation d’ateliers d’éducation civique dans les écoles primaires publiques et anime une émission radiophonique dédiée à la culture citoyenne. Son engagement lui a valu d’être élue Tanora Modely (petite soeur modèle) en 2015 par Youth First Madagascar et de participer en mai dernier en Afrique du Sud au programme Young African Leader’s Initiative (YALI), une initiative du président Obama en vue de former les leaders africains de demain (et d’aujourd’hui). À ce jour, sa plus grande réalisation a été de contribuer au plaidoyer pour la ratification par le gouvernement de la Charte africaine de la démocratie à Madagascar, avec comme objectifs la bonne gouvernance, la transparence électorale et la redevabilité des élus.

Ny Hindra Randrianarimahefa espère un jour instaurer le Parlement des jeunes à Madagascar pour que ces derniers puissent prendre part aux décisions les plus importantes pour le développement du pays.

Pages réalisées par #PriscaRananjarison et #DinaRamaromandray

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer