Héros + héros = la tête à Toto
7 août 2015 - LifeStyle commentaires   //   1904 Views   //   N°: 67

Superman, Spiderman, Wonder Woman… n’en jetez plus ! Les super-héros de Marvel ont de moins en moins la cote. Symboles hypertrophiés d’un rêve américain qui convainc de moins en moins, peut-être leur manque-t-il juste un peu d’humanité ?  

Riri Krootamby : Super-héros, c’est dans la tête
Rêver, c’est permis et c’est d’autant plus agréable quand on sait que dans les rêves, tout est également permis : même de se prendre pour un super-héros et sauver le monde. C’est un peu l’histoire de Menakely, une saga en bande dessinée éditée par Tantsary, un groupe de jeunes bédéistes malgaches. « Pourquoi un super-héros comme héros ? Parce que nous pensons que tout le monde peut en être un. Il suffit d’y mettre un peu du sien », estime Riri Krootamby, de son vrai nom Rindra Razafindrabe, dessinateur et co-auteur du livre. 

Menakely aide les gens en difficulté et représente le rêve de tous ceux qui ont frémi en regardant Superman ou Batman au cinéma. A la seule différence que lui n’existe que dans son rêve, puisque son aventure se termine à son réveil. « Notre objectif est de faire comprendre que tout un chacun, à son niveau, peut faire bouger les choses. Aujourd’hui plus que jamais, Madagascar a besoin d’un super-héros avec un super-pouvoir… ou une bonne fée avec une baguette magique. » On peut toujours rêver.

Ra-Sah : Humain, trop humain !
C’est la poupée hurlante du groupe de thrash metal Sasamaso. Une metaleuse, une dure à « cuir » ça, on peut le dire ! Mais aussi – l’eusses-tu cru ? – une grande fan de ces blockbusters qui ne lésinent pas sur le super-héros à gros biscotos, style Captain America. « Quand j’étais gamine, j’étais folle de Superman. Je croyais qu’il existait vraiment et je rêvais de voler dans le ciel avec lui pour sauver les gens. » Aujourd’hui, mère d’une fillette d’un an, ses idoles ne sont plus tout à fait ces mutants volants aux pouvoirs surnaturels. « Ils sont trop loin de nous, impossible de s’identifier à eux », lance-t-elle, une pointe de déception dans la voix. 

Dorénavant, ses héros sont plus réalistes, plus humains, plus accessibles comme le capitaine Miller du film Il faut sauver le soldat Ryan. « Il nous ressemble jusque dans nos faiblesses. Ce sont des hommes et des femmes comme ça dont le monde a besoin aujourd’hui », estime la hardeuse au grand coeur. Et d’ajouter, futée : « D’ailleurs, je ne refuserais pas si on me proposait de faire la bande originale d’un film comme ça… » Steven, si tu nous entends !

Pages réalisées par #SolofoRanaivo et #HildaHasinjo

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer