Heritier Ramasy : Il a inventé le drone malgache
2 août 2017 - High Tech commentaires   //   3355 Views   //   N°: 91

On l’appelle l’inventeur du drone « vita gasy ». Entre rêve d’enfant et volonté de surpasser les modèles fabriqués à l’étranger, le jeune scientifique s’était fixé l’objectif de faire voler le premier drone 100 % malgache. Pari réussi.

Diplômé de l’École supérieure polytechnique d’Antananarivo, c’est à 22 ans qu’Heritier Ramasy se fait remarquer en créant un drone qui peut à lui seul réaliser plusieurs types de vol. « Dans le domaine de l’aérodynamisme, on est obligé d’acheter un drone spécifique à chaque vol. Pour mon prototype, j’ai travaillé sur la configuration du drone pour qu’il puisse faire plusieurs types de vol », comme le drone est un véhicule téléguidé, donc sans pilote, dont le principe remonte aux années 1940. Avec le progrès technologique, il est devenu plus petit et plus performant, utilisé notamment dans la surveillance, le multimédia ou l’agriculture, par exemple la pulvérisation d’insecticide.

A Madagascar, il y a une réelle demande pour les drones. Les journalistes, cinéastes, vidéastes et documentaristes en importent de l’étranger et sont prêts à débourser 6 millions d’ariary pour un drone DJI Phantom 4 avec caméra HD.

Cela a donné une idée à Heriter Ramasy. « Il faut arrêter de penser que l’innovation vient forcément de l’étranger. Nous ne sommes pas voués à être de simples consommateurs », confie-t-il avec cette force tranquille qui ne se départit jamais d’un sourire.

Sa passion pour les « machines volantes » remonte à sa plus tendre enfance. « J’ai toujours été attiré par tout ce qui est émetteur radio et bricolages en tout genre. C’est donc tout naturellement que mon thème de mémoire de fin d’étude a été en avril dernier l’aéromodélisme, j’aime les modèles réduits. »

Il se dit confiant qu’un secteur aérodynamique malgache peut se développer pour peu qu’on fournisse les équipements nécessaires et qu’on forme les jeunes à cette filière. Les endroits dédiés à ce secteur sont rares à Madagascar. Il y a par exemple le FabLab (Laboratoire de fabrication numérique) de Habaka qui a aidé Heritier Ramasy à faire le design de son prototype et l’imprimer en 3D.

Aujourd’hui, il compte améliorer son prototype avec ses compères de la start-up GH Tracking. « Nous comptons lui ajouter un GPS et le rendre autonome en le guidant via des Smartphones et des Smartwaches. » Un prototype qui intéressera les professionnels malgaches car une fois fini il sera vendu à 3 millions d’ariary. Et là ce n’est pas du vol !

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer