Grenouilles Mini : J’y croâ pas !
4 juin 2019 - Nature commentaires   //   234 Views   //   N°: 113

Cinq nouvelles espèces de grenouilles miniatures – capables de tenir sur un ongle – ont été découvertes dans le sud-est de l’île, ce qui porte à 115 leur nombre chez nous. Trois d’entre elles ont même donné naissance à un genre nouveau… la grenouille Mini.

Un mâle adulte Mini mum, l’une des plus petites grenouilles au monde.

Il existe 8 000 espèces de grenouilles dans le monde dont 360 sont endémiques de Madagascar. Sur ce nombre, près de la moitié sont des grenouilles miniatures (10 mm environ) qu’on croirait provenir de l’île de Lilliput ou du film « Chérie, j’ai rétréci les grenouilles » ! Cinq nouvelles espèces ont été découvertes lors de plusieurs expéditions organisées dans le sudest de Madagascar de 1992 à 2014, et trois ont même donné naissance à un genre nouveau, le genre Mini. Auparavant, les espèces étaient identifiées comme faisant partie du genre Stumpffia (à vos souhaits).

Dans la famille Mini, on trouve ainsi Mini mum découverte dans la réserve de Mamambo à l’est de Madagascar, qui est aussi la deuxième plus petite grenouille au monde (9,7 mm chez les mâles et 11,3 mm chez les femelles) ; puis Mini scule, originaire de Sainte-Luce dans le sud-est de l’île (10,8 mm) et enfin Mini ature, vivant uniquement dans le parc national d’Andohahela, qui est aussi la plus grande (14 mm).

Le Dr Mark Scherz, herpétologiste allemand spécialisé dans les reptiles et amphibiens de Madagascar, a rendu compte de ces découvertes dans la revue PlosOne. Lorsque les grenouilles sont petites, fait-il remarquer, elles sont semblables et il est facile de sous-estimer leur diversité. C’est pourquoi les chercheurs ont décidé d’étudier leurs différences génétiques et morphologiques en comparant les os et les dents. « Elles sont localement endémiques à la région où elles ont été trouvées », indique le Dr Andolalao Rakotoarison, spécialiste des amphibiens à Madagascar.

Le Dr Mark Scherz leur a attribué ces drôles de noms après avoir effectué des recherches sur les bases de données taxonomiques disponibles. « Ces noms permettent au grand public de s’intéresser davantage aux découvertes scientifiques » affirme-t-il. Les deux autres spécimens dont les noms ne sont pas très originaux sont tout aussi intéressants. Il s’agit de Rhombophryne proportionalis et d’Anodonthyla eximia mesurant entre 10 et 12 mm. « Le premier est originaire de Tsaratanana dans le nord de Madagascar et présente des signes de nanisme proportionnel. Le second a été observé à Ranomafana dans l’est de l’île et est plus petit que n’importe laquelle de ses espèces apparentées. »

Madagascar mais également les pays d’Asie du Sud-Est et d’Amérique du Sud sont des lieux propices pour l’évolution des grenouilles miniatures. « Il doit y avoir une raison d’adaptation, ou du moins, cela ne doit pas être trop désavantageux, pour qu’elles ne soient pas éradiquées par la sélection naturelle. Elles peuvent explorer des habitats plus complexes, s’éloigner des prédateurs et puiser dans des ressources trop petites pour être exploitées par de plus grandes grenouilles. » Ces découvertes révèlent que Madagascar a une lignée de grenouilles miniaturisées encore plus complexe qu’on ne le pensait. Une grande avancée en somme !

© photo : Dr Andolalao Rakotoarison

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer