Georges Rakotoharinoro, le coeur et la raison
7 septembre 2015 - Hexagone commentaires   //   1235 Views   //   N°: 68

C’est le coeur défaillant de son épouse qui a amené Georges Rakotoharinoro à se rendre en France pour s’y installer, définitivement, il y a près de 20 ans. Sans regret au regard du confort de vie que procure son pays d’adoption. 

« La France est un pays accueillant où je n’ai jamais ressenti les effets d’une nation que l’on dit se replier sur elle-même. Notre assimilation s’est faite aussi facilement qu’elle l’aurait été dans une province malgache. » Ce diplômé en bâtiment et travaux publics, après un bref passage dans le milieu bancaire, est devenu préparateur de commandes, réalisées sur Internet, pour le compte d’une société de livraison à domicile. « J’habite Charenton-le-Pont et j’accomplis, en moins d’une demi-heure, les quelques kilomètres qui me séparent du centre de Paris où je travaille. Je mettrais sûrement plus de temps pour rejoindre Talatamaty à Tanjombato ! »

Il n’y a pas que les embouteillages de la capitale, où Georges Rakotoharinoro revient chaque année au mois de juin, qui le contrarient. 

« Le manque de civisme me choque. La pauvreté n’explique pas tout. Les écarts entre les plus riches qui construisent des immeubles luxueux et les pauvres, de plus en plus nombreux à dormir sur les trottoirs, ne présagent rien de bon. » Demeuré très attaché à son pays natal, Georges Rakotoharinoro se hasarde à formuler des solutions pour la plus grande agglomération du pays. « Il faudrait créer une ville nouvelle avec toutes les règles d’urbanisme respectées. Ceci n’est plus possible au sein des vieux quartiers. » Il serait parfois utile d’accorder quelque audience à des idées neuves venues d’ailleurs…

Texte et photo #RichardBohan

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer