Fort-Dauphin : La croisière s’amuse
29 avril 2012 - Escales Escales commentaires   //   24 Views   //   N°: 27

Seule ville malgache à disposer de plages et de spots de surfs à moins de cinq minutes du centre, Fort-Dauphin devient une escale incontournable pour les croisiéristes. Dans le port d’Ehoala, chaque accostage est une aubaine pour la région…

Le port d’Ehoala, ouvert en juillet 2009, a définitivement fait de Fort-Dauphin le nouvel Eldorado du tourisme de croisière. La deuxième saison vient de se clôturer et la prochaine nourrit déjà tous les espoirs de l’Office du tourisme de Fort-Dauphin. Bonne raison à cela : une saison d’escale de croisières au port d’Ehoala équivaut au tiers du chiffre de fréquentation de la ville sur l’année… c’est dire ! « Chaque accostage est l’occasion d’organiser la filière, de faire le point, de communiquer sur les offres susceptibles d’intéresser les visiteurs », explique un opérateur local. Une opportunité à saisir pour la professionnalisation du secteur.

Sur les sept bateaux de croisière qui ont accosté cette saison, il y a eu The World, le seul et unique « immeuble flottant » parcourant inlassablement le monde, La Grandière, bateau militaire français surveillant les eaux de l’océan Indien, ou encore le MSC Melody, qui relie Durban à Fort-Dauphin, de loin le plus populaire. Une escale du Melody est une aubaine pour la ville, puisque ce ne sont pas moins de 3 000 visiteurs qui se retrouvent à quai, arpentant les plages, investissant les restaurants, négociant les colliers de coquillages en dollars, montant dans les taxis de la ville (qui par la force des choses finiront bien par parler english…) 

Une activité soutenue par l’équipe du Port qui est désormais certifiée ISO 9001 et 14001, autant dire le top en terme de qualité de service. Une équipe toujours surprenante par sa capacité à réunir les différents acteurs économiques, institutions et opérateurs privés, autour d’une même table : depuis la troupe folklorique qui fait le show à la descente du bateau jusqu’à l’organisation des activités. 

Sans parler de l’un des atouts majeurs de la destination Fort-Dauphin, seule ville de Madagascar à disposer de plages, de spots de surfs et de windsurf à moins de cinq minutes du centre-ville. De quoi occuper largement une journée d’escale !

Deuxième port en eau profonde d’Afrique, Ehoala continue à répondre à sa vocation première qui est de charger l’ilménite produite par le Groupe Rio Tinto : un atout économique majeur pour la région Anosy, mais c’est également, et de plus en plus, un vecteur

d’ouverture culturelle pour la région, avec notamment l’organisation du fameux festival Madajazzcar à Fort-Dauphin. Dans ce contexte, la ville nourrit beaucoup d’espoir sur le nouveau projet des Îles Vanilles (Vanilla Islands) qui devraient permettre de relier Fort-Dauphin à l’île Maurice et à La Réunion pour un circuit triangulaire, offrant ainsi l’opportunité aux croisiéristes de séjourner plus longtemps à terre. Une manne pour les hôteliers… 

#Nox 

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer