Fnartch : Ce mec est génial !
15 décembre 2016 - Diaspora Hexagone commentaires   //   1777 Views   //   N°: 83

Ma-Fnartch comme « mafinartira » en malgache. En un mot, ce mec est « génial » ! Et même doublement avec FnartchX (comme ça se prononce), son collectif de pop électronique qui vient de décrocher la bourse des jeunes talents de Nîmes.

© Camille Andriason

© Dorian Clement

Regarder Fnartch uniquement comme un chanteur serait terriblement réducteur, car c’est d’abord un sacré musico, un touche-à-tout génial capable de vous faire sortir toute une galaxie d’une boîte à rythme. « Très tôt, j’ai eu des instruments dans les mains. À 10 ans, je jouais déjà au clavier dans une chorale d’église. » Mozart aussi ! Est-ce là l’origine de son nom d’artiste ? En fait, non, Fnartch vient de Finaritra, son deuxième prénom !

Depuis 14 ans qu’il vit en France, Stefana Andriason, son nom à l’état civil, n’oublie pas son île natale ; elle continue à l’habiter et à nourrir son imaginaire. La crise politique de 2002 n’est pas étrangère à son départ, confie-t-il. Un grand bond en avant qui va lui permettre de décrocher un master en biotechnologie, puis de se trouver un boulot comme chef de projet digital dans une agence de com spécialisée dans la création d’applications sur iPad.

Mais en 2015, le musico reprend le dessus. À 31 ans, il rompt à nouveau les amarres et choisit de se consacrer à temps plein à son art. Une décision pas si étonnante finalement quand on est issu d’une famille de musiciens et qu’on a pour arrière-grand-père le pasteur Jacques Rahamefy, le compositeur de l’hymne Madagasikara Tanindrazanay du MDRM (Mouvement démocratique de la rénovation malgache) !

Et puis il y a l’electro. Qu’il découvre à son arrivée en France. Un style de musique qu’il rangeait auparavant – non sans mépris – dans la catégorie « techno » ou « dance ». « Depuis mes 17 ans, j’évoluais plutôt dans le jazz. Mais l’album « Discovery » de Daft Punk a été une énorme claque pour moi. J’ai compris tout le potentiel de création qu’il y a derrière cette musique. »

D’autres influences vont suivre, comme M83 ou Moderat, approfondissant à chaque fois l’univers si particulier de Fnartch, ses espaces interstellaires sortis d’on ne sait quel Big Bang de l’imagination. Le projet Fnartch X, à bien différencier de Fnartch en solo (tout le monde suit ?), est lancé en 2013. Il est d’abord collectif dans l’approche : c’est toujours de la pop électronique, mais servie avec des sonorités plus Eighties. L’EP Cassiopeia en donne un bon exemple, il a d’ailleurs fait mouche sur la toile en 2014 via Spotify ou YouTube. À telle enseigne que Fnartch X (le collectif) s’est retrouvé lauréat du Labo artistique de Montpellier et a reçu la bourse des jeunes talents de Nîmes. Une aide qui permettra à Fnartch (le génie) d’aller au bout du projet avec un album actuellement en studio dont la sortie est prévue pour avril 2017. Une galette trilingue anglais, français, malgache qui se présentera sous la forme d’un bon vieux vinyle des années 1980, accompagné d’une BD, ça promet !

Musique pour les étoiles, certes, mais cela ne l’empêche pas de garder un œil et une oreille sur la création malgache : Mahaleo, Silo, Zay font partie des musiques qu’il écoute, avec l’ambition de monter un jour un studio « à Mada ou en France », voire un label. Et revenir au pays ? « Je ne sais pas encore. Je ne planifie rien. Je vais là où le vent me porte. » Sidérant autant que sidéral, ce garçon !

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer