Fenoamby : L’homme-orchestre du Nouvel An malgache
23 mai 2017 - Cousins-cousines Diaspora commentaires   //   347 Views   //   N°: 88

En français, en créole réunionnais, en malgache, Fenoamby chauffe le stade. Avec l’accordéoniste Mamazaly à ses côtés, ils sont venus célébrer le Nouvel An malgache à l’occasion de cette deuxième édition organisée par la Fédération de la diaspora malgache à La Réunion, FEO Madagascar.

Rivière-des-Roches. Un stade éclairé en bordure d’Océan, des stands associatifs, une grande scène. Le décor choisi pour cette deuxième édition du Nouvel An malgache est à la hauteur de la programmation. La Fédération de la diaspora malgache vient confirmer sa place dans l’organisation d’événements à vocation culturelle. La fédération regroupe maintenant 20 associations et compte 1 100 adhérents. L’union fait la force, preuve en est de la délicieuse programmation proposée : du pur maloya avec le groupe réunionnais Lindigo qui a encore une fois préféré descendre jouer dans la foule plutôt que sur scène ; la chanteuse Tiana a quant à elle assuré les transitions entre chaque set. Mais celui que tout le monde attend après plusieurs mois d’absence sur l’île, c’est bien Fenoamby.

Marius Paul Fontaine, « Fenoamby », originaire d’Ampanéfena, est arrivé à La Réunion par voie d’adoption. Un look simple et efficace, Marius arbore son chapeau protecteur « pour protéger l’unité centrale », et un bandana rouge autour du cou. Chanteur, musicien, il a construit le début de sa carrière ici, à La Réunion, avant de tenter l’aventure en France. Là-bas, il se produit dans des salles, mais également dans des maisons de retraite, des centres pour handicapés, dans les écoles ou les universités. Avec ses musiciens ou sans leur complicité, Fenoamby s’adapte à toutes les situations.

Adepte du « looper », cette machine qui permet d’enregistrer tour à tour sur scène et en live des mesures de plusieurs instruments, l’homme-orchestre peut donc assurer des « one man show » quand ses six musiciens dispersés aux quatre coins de la France ne peuvent l’accompagner. Déjà cinq albums au compteur pour ce talentueux chanteur et joueur de kabosy, d’harmonica ou de valiha, dont les morceaux Alako ou Mariage ont été de véritables succès populaires. Capable de jouer du maloya en créole dans le texte, Marius s’est rapproché au fur et à mesure de sa culture, en métissant sa musique sur un fond avant tout de salegy. Rivière-des-Roches, un stade éclairé en bord d’océan. Marius entame son set accompagné par l’accordéon de Mamazaly.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer