Farasoa et Christian Ratsimbazafy : Un verre de fraîcheur
19 septembre 2018 - Métiers commentaires   //   419 Views   //   N°: 104

Les passants du quartier d’Antaninarenina ont trouvé la bonne adresse pour étancher leur soif. Il s’agit du stand de jus de canne à sucre (certifié bio) de Farasoa et Christian Ratsimbazafy. Une boisson qu’ils font couler à flot depuis huit ans.

Avec l’été qui approche, quoi de mieux qu’une bonne boisson pour se désaltérer ? Si vous êtes un habitué du jardin d’Antaninarenina, c’est impossible pour vous de rater le petit stand de jus de canne à sucre bio et fraîchement pressé que tiennent Farasoa et Christian Ratsimbazafy. Eté comme hiver, le couple ne manque pas à l’appel et ce depuis 2010. Plus qu’un simple commerce, la vente de jus de canne à sucre est une affaire de famille chez les Ratsimbazafy. « J’ai neuf frères et sœurs, et sur ces neuf, nous sommes huit à faire le même travail », confie Farasoa. L’équipement est minimal. C’est sur une table située à l’entrée du jardin que le couple entrepose son broyeur de canne à sucre manuel. Quelques verres en plastique et le tour est joué.

En huit ans d’activité, ils ont mis au point une chorégraphie bien réglée pour servir au plus vite la clientèle qui se bouscule pour avoir sa dose de douceur sucrée. Quand Monsieur se charge de faire tourner le broyeur à la force de ses bras, Madame recueille le breuvage dans un verre. « Nos jus sont frais et nous ne préparons la canne à sucre que quand un client veut en boire. »

Pour un gobelet de jus, il faudra compter entre 300 et 500 ariary. Un prix plus que raisonnable si on pense à toutes les vertus que possède cette boisson. « Le jus de canne à sucre est recommandé par les médecins. Il aide notamment à purifier le sang et à stabiliser la tension artérielle. Mélangé à du café et du vin blanc il peut aussi soigner la fièvre jaune. De plus, il aide à prévenir les calculs rénaux. » Vous savez donc quoi faire !

Malgré le prix dérisoire de leur boisson, Farasoa et Christian parviennent à faire de jolis bénéfices. Chaque jour, ils arrivent à écouler 30 kg de cannes à sucre qui leur rapportent environ 30 000 ariary à la fin de la journée. Sans compter qu’ils possèdent un autre stand à Mahamasina, près de l’école de médecine, qu’ils confient à un membre de la famille. « Les gens peuvent croire que nous gagnons très peu mais quand on additionne nos gains, nous avons largement de quoi subvenir à nos besoins. »

Le tandem répond présent du lundi au samedi, de 8 heures à 17 heures au stand d’Antaninarenina. Quand les premiers rayons de soleil pointeront le bout de leur nez et que la chaleur commencera à se faire ressentir, vous savez maintenant où aller pour vous rafraîchir.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer