Fanaka Mahery : De la violence faite aux (jeunes) femmes
7 janvier 2019 - Cultures commentaires   //   419 Views   //   N°: 108

Le 18 novembre dernier, Christella Razanamalala, 16 ans, originaire de Tolagnaro (Fort-Dauphin), figurait parmi les trois lauréates qui ont remporté le concours One Minute Junior 2018 à Amsterdam. Son film, Fanaka Mahery, d’une esthétique sombre, raconte la galère de jeunes filles happées par la grossesse précoce.

Les yeux baissés, l’actrice principale entre dans le champ. Celle de l’acceptation, voire de la soumission. Tout comme les autres jeunes filles du film. Puis les violences entrent en scène. Au vu et au su de tous. Les paroles sont inaudibles. Seule une voix s’impose, elle a un sexe… masculin. Tourné avec une seule caméra, le film invite le public à voir la réalité à travers le regard de son actrice principale.

Christella, amatrice de films d’épouvante, n’a pas fait de grande école de cinéma pour autant. Elle a juste participé à un atelier de réalisation de films dans le cadre du projet Life skills* soutenu par l’Unicef. Un parcours qui lui a permis de se découvrir un talent, celui d’une réalisatrice promise à un avenir brillant. Car de sa démarche se dégage un intérêt fort pour le réel plutôt que pour l’image. Un parti pris soutenu par une mise en scène réfléchie.

A la fin du film, le visage fermé, Christella regarde droit la caméra. Son regard déterminé vaut mille paroles. C’en est assez ! Elle brise le silence et (re)prend possession de la parole, puis la rend aux autres. Une prise de conscience, certes. Mais surtout un pas vers la connaissance de ses propres droits.

« Ce regard, c’est pour dire stop ! Il faut arrêter d’abuser des jeunes filles ! », a-t-elle confié en marge de l’événement organisé par l’Unicef le 20 novembre à l’Hôtel Colbert pour commémorer l’adoption de la Convention relative aux droits de l’enfant. « Là où je vis, je vois des jeunes filles de mon âge tomber enceinte et abandonnées après. Les scènes que je décris dans le film sont des scènes auxquelles j’ai assistées, vécues par mes amies », soutient-elle.

Le concours a vu la participation de 500 candidats du monde entier. Deux Malgaches ont été sélectionnés pour participer à la finale à Amsterdam dans le cadre du Festival international du documentaire. Parmi les 15 finalistes, trois participantes ont été primés dont Christella Razanamalala (Madagascar), Cheung Cho (Hong Kong) et Adil (Pays-Bas).

* Life skills est un programme de l’Unicef qui permet aux jeunes d’acquérir des compétences nécessaires dans la vie quotidienne.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer