Expansion Madagascar : « Engagé et engageant »
20 décembre 2016 - Médias commentaires   //   2637 Views   //   N°: 83

À l’heure où le pays affiche un faible niveau d’industrialisation, le Syndicat des industries de Madagascar (SIM) veut redresser la pente en relançant, depuis février dernier, le magazine « Expansion Madagascar ». Plus qu’un simple magazine économique, c’est un outil de travail pour les décideurs.

« Expansion Madagascar a comme credo de devenir une plateforme de communication économique et du secteur industriel, tout en étant le magazine du Sim », confie Sendra Rakotovao, directrice exécutive. Le SIM est convaincu qu’en restructurant le secteur industriel malgache, ce dernier contribuera à plus de 25 % au produit intérieur brut (PIB). Allant dans ce sens, le magazine bimestriel ose aborder les questions sensibles autour de l’industrialisation et du développement économique. « Dans le grand dossier numéro trois, nous avons par exemple fait un plaidoyer sur la concurrence déloyale qui mine le secteur et qui affecte le climat des affaires sur toutes les échelles. Nous avons abordé l’impunité des trafiquants de matières premières dont les recettes sont réinvesties dans l’achat de produits manufacturés à l’extérieur. Ils ne payent pourtant ni de taxe, ni de frais de douanes et ne respectent pas les normes en vigueur de la commercialisation. »

Expansion Madagascar a déjà existé, de 2009 à sa suspension en 2015. Avec le concours amical de l’Agence de communication Becom éditions et communication et à l’initiative du président actuel du SIM Fredy Rajaonera, il a été relancé en février dernier avec plus de 2 500 exemplaires. « La relance du magazine répond à un besoin urgent de communiquer sur la situation alarmante des industriels. Comme son nom l’indique, les industriels veulent participer à l’expansion économique de Madagascar mais hélas le secteur est encore loin d’être assaini. » Le magazine aborde des pistes de réflexions pour restructurer le secteur. « Dans un article, nous traitons par exemple de la nécessité de baisser le taux de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) entre 10 et 15 % au lieu de 20 % afin de rendre les produits industriels plus compétitifs. Sachant qu’un taux de 20 %, c’est beaucoup dans un pays où 80 % des acteurs économiques sont informels. »

Expansion Madagascar se veut une ressource inépuisabled’informations (politique, lois, leadership économique et industriel, actualités, défis, initiatives, etc…) pour servir d’outil de décision. Son lectorat est constitué de décideurs issus du secteur privé et du secteur public. Le magazine s’adresse aussi bien aux patrons d’entreprises qu’aux hommes et femmes d’affaires, aux élus, aux partenaires techniques et financiers, à l’administration, aux ambassades et consulats, aux groupements, etc… Le redressement du secteur industriel est encore un travail de longue haleine. En communiquant sur les difficultés et les opportunités du secteur, les responsables éditoriaux d’Expansion Madagascar sont convaincus de mettre pied à l’étrier du développement.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer