Evariste Rakotonirainy
20 octobre 2014 - Déco commentaires   //   2815 Views   //   N°: 57

Perpétuer l’art sakalava

Sculpteur de pure souche sakalava, vivant actuellement à Morondava, Evariste Rakotonirainy s’est trouvé une vocation en multipliant les créations d’aloalo ou… de sculptures érotiques.

Avant de manier gouges et ciseaux à bois, Evariste fut cable man sur des sites de recherches pétrolières, videur dans une célèbre et chaude boîte de nuit tananarivienne, garde du corps sur des sites d’exploitation de saphir à Ilakaka, avant de verser dans le commerce des sculptures tombales. « Il y a une vingtaine d’années, les Vezo et Sakalava du Menabe ont adopté les caveaux familiaux copiés sur ceux des hautes terres et se sont débarrassés des sculptures qui ornaient autrefois les tombes. En commercialisant ces sculptures, je me suis rendu compte qu’aucun artisan créateur n’allait plus perpétuer cet art cultuel. ».

Ainsi et de manière totalement autodidacte, Evariste Rakotonirainy s’est lancé dans la sculpture d’aloalo à base carrée – « typiquement sakalava, car ceux des Mahafaly, dans le Sud, sont plats » – et des très recherchées sculptures érotiques dont les thèmes, véritable Kâmasûtra malgache, sont ancestraux.

Il est aisé de rencontrer ce sculpteur accueillant qui exerce son art à l’entrée de la capitale du Menabe, le long de la RN7, à l’ombre d’un imposant tamarinier. Outre ses propres sculptures, il vous ouvrira son antre qui renferme quantité de vieilles et authentiques sculptures traditionnelles dont il continue de s’inspirer.

Texte et photos #RichardBohan

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer