Esther Nirina : Respirer la poésie
11 juin 2019 - Cultures commentaires   //   354 Views   //   N°: 113

Dominique Ranaivoson est une spécialiste de la littérature francophone malgache. Parmi ses auteurs de chevet, la poétesse Esther Nirina (1932-2004) dont elle a publié en avril dernier à Paris les « OEuvres complètes ». Ses poèmes concis, inspirés (respirés ?) des « hainteny », sont loin d’avoir livré tout leur mystère, affirme-t-elle.

Dominique Ranaivoson

Disparue il y a 15 ans, Esther Nirina fait partie des figures emblématiques de la poésie francophone malgache. Dominique Ranaivoson, enseignantechercheuse à l’université de Lorraine, Metz, en France, et critique littéraire, ne cache pas son admiration pour cette artiste hors pair : « Ses poèmes sont courts. Ses mots sont clamés pour être sentis. Son oeuvre est facile à lire mais ne se livre pas à la première lecture. Son second degré me fascine tellement. À chacun de ses vers, il y a toujours des choses à creuser. »

Dominique Ranaivoson vient précisément de publier les OEuvres complètes d’Esther Nirina dans la collection Sépia de l’Harmattan, en France – on peut les trouver chez nous dans les librairies Md Paoly et Mille Feuilles ainsi que sur les plates-formes en ligne.

Pour marquer la sortie de l’ouvrage, une représentation scénique et des conférences ont été organisées à l’Institut français de Madagascar (IFM), à l’Académie malgache et à la librairie café Mille Feuilles de Tana. Les OEuvres complètes regroupent en 288 pages ses recueils publiés entre 1975 et 2004 dont « Silencieuse respiration » (1975), « Lente spirale » (1990), « Multiple solitude » (1997), « Rien que Lune » (1998) et « Mivolana an-tsoratra » (« Le dire par écrit », 2004). Dominique Ranaivoson y livre aussi ses analyses, des témoignages de différentes personnalités l’ayant connue et fréquentée, des poèmes traduits ainsi que des articles de presse.

Son objectif ? Cerner l’univers atypique d’Esther Nirina. « Il ne suffit pas de rassembler ses oeuvres.

L’enjeu est de donner des clés de lecture pour susciter l’envie de lire ses poèmes. Ses paroles sont si personnelles. C’est une poésie qui nous plonge dans une atmosphère très profonde du mystère. Elle nous invite à découvrir ce qu’elle veut dire. On peut la comprendre petit à petit quand on s’aperçoit qu’il y a un code de lecture. » Elle constate qu’Esther Nirina puise souvent dans les expressions imagées de la Bible (sans le baroque claudélien !) mais aussi dans les hainteny (poésie traditionnelle des hauts plateaux), et « c’est ce qui fait au final la beauté de son langage ».

Cet ouvrage fait suite aux OEuvres complètes du poète, dramaturge et nouvelliste David Jaomanoro que Dominique Ranaivoson a publié en 2017. Leur point commun ? Les oeuvres publiées de ces deux auteurs étaient éparpillées à tel point qu’elles étaient devenues inaccessibles. « Les oeuvres d’Esther Nirina étaient épuisées et ses poèmes, du coup, peu étudiés dans les universités malgaches ou d’ailleurs. Il fallait y remédier. De là est née l’envie de rassembler ses oeuvres et de les commenter. » Française, épouse d’un Malgache, Dominique Ranaivoson s’intéresse depuis 22 ans à la littérature francophone de Madagascar et en a même fait l’objet de son doctorat. Elle est l’auteure d’une biographie de Jacques Rabemananjara (2015) et a sorti le dictionnaire des personnalités historiques de Madagascar en 2005, 2009, 2011 et 2016. Un dictionnaire où, bien sûr, Esther Nirina a toute sa place.

Flux et reflux
Ma main regarde
Ma plume

Ma plume fouille
L’écho
D’eau
Au goût de sel
Le fleuve crée son passage
Entre jour et nuit

Cette plume
Rame
D’une rive
À l’autre rive
L’océan ne lui fera plus peur.

Silencieuse respiration
Dis-moi pourquoi a-t-il choisi
Ce coin du ciel pour répandre son
incendie
Est-ce un coucher du soleil
Ou bien l’écume du temps ?

Une célébration étrange
Jaillit du grand vent
Sur ces débauches de couleurs

Mais seule…
Une femme seule
Dedans son abîme sans fond
Monte une échelle invisible
Au rythme…
De sa silencieuse respiration.

Esther Nirina

« OEuvres complètes » d’Esther Nirina (réunies et présentées par Dominique Ranaivoson). Paris, L’Harmattan, coll. Sépia, 2019, 288 p. Prix : 19 euros chez l’éditeur.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer