DJ Krazy Ice : « Dance hall et moombahton »
17 février 2017 - By night commentaires   //   971 Views   //   N°: 85

Il fait le va-et-vient entre La Réunion et Madagascar depuis ses trois dernières années. DJ Krazy Ice sait mettre l’ambiance dans les clubs et les bars lors de ses soirées Tropikal Soundz. Avec lui, les nuits sont chaudes !

Tes débuts dans le DJing ?
Je mixe depuis une douzaine d’années mais je suis vraiment lancé dans le DJing depuis trois ans. À La Réunion, je suis un DJ hip hop – en fait je suis un DJ de battle, je mixe pendant les compétitions de hip hop. Je travaille aussi avec le collectif Sud, avec pleins d’artistes polyvalents, de différents styles musicaux. J’ai choisi ce genre musical parce qu’à la base je suis un danseur de hip hop. En ce moment, j’organise des soirées appelées Tropikal Soundz. Je mixe beaucoup dans les clubs, les pubs et les bars tous les vendredis notamment dans une boîte qui s’appelle Le Pandora, qui a existé à Tana. Également, dans un bar, le Why Not au Tampon.

Un style particulier ?
Je mixe beaucoup les sons tropicaux, on aime bien ça à La Réunion. Du dance hall, du moombahton, entre la house et le reggae, tous les rythmes qui font bouger. Je mélange avec du hip hop old school, du dirty south, du R’n’b et de la soul. Avec tout ça, j’utilise les techniques comme le scratch et le beat juggling ou le jonglage des rythmes.

Une différence entre les nuits à La Réunion et à Mada ?
J’aime bien le public malgache, très ouvert, surtout musicalement. On peut lui faire découvrir des musiques autres que ce qu’il écoute habituellement. À La Réunion, c’est plus compliqué ! On écoute beaucoup de musiques commerciales. Les DJ doivent envoyer les musiques que les gens écoutent chez eux, sinon ça ne marche pas. Dans les années 1980, quand je sortais, ce sont les DJ qui me faisaient découvrir la musique. Si ça marchait en soirée, on le passait à la radio. Aujourd’hui, c’est le contraire. Il faut que ça passe d’abord à la radio avant de mixer en soirée. Sinon, à La Réunion, la nuit est mouvementée. Il y a beaucoup de clubs et de bars, surtout du côté de Saint-Pierre. En général, que ce soit ici ou là-bas, la nuit, les gens sont plus ouverts. Le contact est plus facile.

Propos recueillis par #AinaZoRaberanto

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer