Devoir de mémoire
6 septembre 2016 - LifeStyle commentaires   //   1704 Views   //   N°: 80

Oublier l’endroit où l’on a laissé ses clés, qui n’a pas connu cette mésaventure ? Si agaçante soit-elle, elle est salutaire car pour bien fonctionner, le cerveau a besoin de stocker des informations mais aussi d’en oublier. Sinon, pétage de plombs garanti !

Natacha Rajemison
« Éviter les trous »

Être à la fois soprano et chef de chant n’est pas une mince affaire! Natacha Rajemison, la présidente de l’ensemble vocal Hiraitra, doit en même temps assumer son rôle de chanteuse et s’assurer que les autres (sopranos, altos, ténors et basses) sont en harmonie. Le chant lyrique est tout un travail qui n e s’arrête pas à la seule

mémorisation des partitions. « Lorsque qu’on m’a proposé d’interpréter un second rôle de La Traviata de Verdi j’ai lu La Dame aux camélias d’Alexandre Dumas, livre qui a inspiré l’opéra, pour pleinement comprendre les ressorts de cette œuvre. J’aime m’informer sur les rôles que j’interprète et ensuite, grâce aux répétitions, je peux parfaire la technique et l’interprétation. »

Pour éviter les trous de mémoire lors des concerts, il faut une bonne préparation : « Il m’est déjà arrivé d’oublier mon rôle entre les actes mais heureusement, une seconde avant de chanter, ça m’est revenu comme par magie grâce aux répétitions qui instaurent un certain automatisme. » Pour cette artiste du soir qui se dit plus productive lorsque le soleil est couché, le café reste son plus grand allié : « Le soir lorsque je suis la plus inspirée, j’ai besoin d’écrire mon rôle noir sur blanc, ça m’aide à tout mémoriser ! » Et le comble pour une chanteuse lyrique, la mémoire visuelle prend alors le dessus sur la mémoire auditive !

Contact :
Natacha Rajemison : 034 48 977 08

Faly Randrianjatovo
« Savoir oublier »

Fondateur, propriétaire et directeur de l’agence de mannequin Totem, mais également gérant d’hôtel, coach artistique, formateur en mannequinat, organisateur événementiel, photoreporter, concepteur graphique, danseur… Faly Randrianjatovo est à coup sûr ce que les Anglo-Saxons appellent un talent versatile, un polyvalent, un multicartes. Mais comment fait-il pour s’y retrouver avec son timing de dingue ? Le workaholic semble avoir trouvé la bonne combine : ne rien prévoir à l’avance, ainsi on ne risque pas d’oublier ! « Je suis incapable de vous dire ce que je ferai dans quelques jours. Je préfère caler mon emploi du temps au jour le jour. Voilà pourquoi je demande à mes rendez-vous de me rappeler le jour J pour que je puisse trouver un créneau pour eux dans la journée. »

Mémoire visuelle ou auditive ? Peu importe en fait, car « savoir oublier est plus important que savoir se souvenir, ça évite bien souvent de se prendre la tête », estime-t-il un rien philosophe. Pour mémoire, rappelons que Faly Randrianjatovo est l’un des pionniers de la filière mode à Madagascar, ayant initié le festival Manja et le concours de mannequinat Elite Modèle Look dans les années 1990. Écrira-t-il un jour ses mémoires ? L’histoire nous le dira.

Pages réalisées par #PriscaRananjarison et #DinaRamaromandray

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer