Devil May Cry 5 : Du neuf avec du vieux ?
19 mars 2019 - Add-on commentaires   //   422 Views   //   N°: 110

Après un quatrième épisode jugé trop facile et une tentative de reboot de la saga, Capcom a surpris les joueurs avec l’annonce d’un nouveau Devil Cry May. Retour sur les fondamentaux de la licence.

Quand on a passé sa vie bercée par l’univers des jeux vidéo, ce n’est pas toujours facile de parler d’une licence qu’on côtoie depuis des années. Toujours partagé entre l’envie de retrouver les sensations d’une ancienne époque et le besoin de ressentir un vent de renouveau, on cherche le meilleur de deux mondes qui ont trop souvent du mal à cohabiter. Les éditeurs sont encore plus tiraillés par ce choix : viser un groupe de fans qui a aimé un jeu depuis près de 15 ans et risquer d’entrer dans l’indifférence d’une nouvelle génération de joueurs ayant des attentes différentes, ou renouveler une licence afin de plaire à un nouveau public tout en prenant le risque de se mettre à dos les fidèles de la première heure. Et concernant Devil May Cry 5, on le classerait plutôt dans la première catégorie.

Cinquième volet des aventures du chasseur de démons Dante, Capcom a ainsi décidé de renouer avec les premiers amours de la série, après un épisode « hors-série » qui était loin d’avoir convaincu les foules. Les fans du style fanfaron et rockeur de notre héros seront ravis de le retrouver, avec un gameplay, une construction de niveau, des combats de boss et une ambiance sonore rappelant ce qui nous avait fait aimer la saga. Et c’est ce qu’on pourrait lui reprocher, ce manque de prise de risque, qui pourrait presque le faire passer pour une simple copie des anciens épisodes. Ce qui est dommage, lorsqu’on sait que le lifting complet de God of War, autre vieille licence, l’a hissé au rang de jeu culte dès sa sortie en avril 2018. Mais loin de dire que le jeu soit mauvais, il est même bon, sans plus.

Ne soyons donc pas mauvaise langue. Le jeu n’est pas qu’une redite de ses aînés et a su apporter des nouveautés. On retrouve, par exemple, un nouveau Nero, introduit dans le quatrième volet. Si sa jouabilité était auparavant limitée, la possibilité de modifier les caractéristiques de son bras mécanique offre une réelle plusvalue à ses passages dans l’histoire, en diversifiant les pouvoirs et autres combos qu’on peut effectuer. Mais V est sans doute le dernier personnage jouable le plus intéressant. Tantôt allié, tantôt ennemi, son style de combat est aux antipodes des deux autres. Si on pouvait reprocher à Nero d’être une copie de Dante, V est son exact opposé, préférant le combat à distance. Son arrivée marque le début d’une potentielle rivalité à exploiter si futurs épisodes il y a, et peut-être aussi le déclic pour finalement faire évoluer sa licence. DmC a besoin d’une cure de jeunesse, ou d’une retraite méritée. 

Date de sortie : 8 mars 2019
Éditeur / Développeur : Capcom

Genre : Beat’em all
Plateforme : PC / PS4 / Xbox One 

Note : 6/10

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer