Death Child : Doux comme le métal
12 février 2018 - Cultures commentaires   //   385 Views   //   N°: 97

En huit années d’existence, la (plus si jeune) formation tananarivienne a largement fait ses preuves dans l’underground local. Parti du death metal le plus extrême, Death Child ose aujourd’hui la mélodie suave qui fait mouche. Qui s’en plaindrait ?

Porté à l’origine par un duo de guitaristes, Death Child n’a aujourd’hui gardé en ses rangs que Jerry (guitare), Mparany (chant), Natiana (batterie), Zo (guitare) et Njaka (basse). Nourris de death metal ou plus exactement de melodic death, les cinq musiciens cherchent autant leurs références dans les vétérans du thrash comme Metallica que dans les formations plus jeunes comme All Shall Perish. « On aime tout ce qui est heavy, mais on est quand même ouverts à la belle mélodie, ça nous parle ! » De l’Alliance française d’Antananarivo à la prestigieuse scène d’Antsahamanitra, en passant par le CCESCA Antanimena (où il a eu les honneurs du concours Talenta sy Kanto), le groupe a toujours sur se faire remarquer par son alliance de brutalité et d’accroches mélodiques (par exemple, le morceau Sacrifice).

Malgré pas mal de changements depuis 2010, les Death Child sont plus que jamais soudés, chacun se faisant confiance pour composer de son côté, avant de tout mettre en commun. Leur union, plus que musicale, se retrouve autour de thématiques sociales qui leur sont chères : « Le death metal peut être porteur d’un message de paix. On commente juste les aspects les plus sombres du quotidien qui nuisent à une coexistence harmonieuse… » Si vis pacem… parabellum ? Death Child a plus récemment fait parler de lui au Kudeta Urban Club dans le cadre du Roxicomania, à la fin de l’année passée.

Dans une scène rock de plus en plus fréquentée par le grand public, Death Child pratique une musique résolument extrême mais toujours expérimentale, avec un sens plus que certain de la mélodie. Du death metal tendre, serait-on tenté de dire ! « C’est plutôt du death metal mature et élaboré », précisent-ils. Loin d’être restés les « enfants de la mort » comme ils se surnommaient, voici donc les adultes de la mort…

Contact
Death Child : 034 04 028 39 / rakotonaivo.jerry.sitraka@gmail.com

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer