Cotte Giovani : « J’apprends la culture malgache grâce au magazine »
17 juillet 2017 - Le lecteur du mois commentaires   //   560 Views   //   N°: 90

Pour le Mauricien Cotte Giovani, ancien journaliste et amoureux de la Grande Ile, il n’y a pas mieux que no comment® pour apprendre la culture malgache. « Lors de ma première visite en 2015, je n’ai découvert que le show room et non le magazine. Quelques mois après, j’ai cherché des blogs sur Madagascar et je suis tombé sur un article de no comment® et je suis allé sur le site web. Depuis, je le visite régulièrement ! »

A chaque fois, il découvre de nouvelles facettes de l’île. Il apprécie particulièrement Downtown, Métiers, Assos mais surtout la rubrique Culture. « J’ai découvert la chanteuse Zazasoa de Fianarantsoa qui est devenue une amie, Ry Kala Vazo, Rootsikalo… J’ai aussi apprécié l’article sur cette dame qui tient une gargote de nuit. A première vue, on peut se dire que le magazine est destiné à une certaine catégorie sociale. Mais quand on le lit, ce n’est pas le cas, toutes les couches sociales sont représentées. Et l’idée de changer de couverture chaque mois est très originale ! »

Le magazine lui a permis de changer son regard sur certains métiers. Dernièrement, il a lu le Grand Angle sur les tireurs de pousse-pousse. « Une fois, j’étais à Antsirabe, je ne voulais pas prendre le pousse-pousse mais plutôt le cyclo-pousse qui pour moi était moins rétrograde. Mais en lisant le Grand Angle sur les pousse-pousse en avril dernier, je me suis rendu compte que c’étaient des gens qui louaient leur pousse et qui dormaient dedans. Cela m’a permis d’avoir un regard différent sur ce métier et je me suis dit, peut-être qui si j’avais pris le pousse ça aurait pu aider la personne. »

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer