Chez Maman’ny Haja : « Pas d’heure pour manger »
21 avril 2017 - By night commentaires   //   681 Views   //   N°: 87

Maman’ny Haja, 50 ans, tient une gargote de nuit à Antaninarenina. La plupart des noctambules viennent manger chez elle avant d’aller faire la fête. Mais pour elle, pas question de s’amuser, travailler la nuit est une nécessité.

Depuis quand travaillez-vous la nuit ?
Nous nous sommes installés ici il y a près d’une dizaine d’années. Mon fils Haja travaillait au Pandora à l’époque, l’actuel Suite 101. Depuis, tout le monde m’appelle Maman’y Haja ( « maman de Haja »). Travailler la nuit, ce n’est pas un choix, c’est une nécessité. Mon mari a quitté son travail, il fallait subvenir aux besoins de la famille et surtout envoyer les enfants à l’école. J’ai sept enfants. Dans la journée, je prépare les plats et j’attends ensuite le retour de mes enfants pour venir ici.

Quels sont les plats que vous préparez ?
On propose surtout du riz avec cinq à huit « loaka » (viande) différents. Du canard avec la viande de porc, du poulet, des côtelettes, des saucisses aux crevettes… Il y a aussi du jus naturel fait maison. Les prix varient entre 2 000 et 5 000 Ar. J’ouvre ma gargote vers 20 h 30 et généralement, je ne rente chez moi que vers 2 heures du matin dans la semaine, voire 3 heures les vendredis et samedis. Mes deux grandes filles m’aident pour le service.

Des clients fidèles ?
Oui, depuis tout ce temps, je me suis constituée une clientèle fidèle comme les chauffeurs de taxi, les videurs des boîtes de nuit, les policiers qui font leur ronde et surtout les noctambules. Ils viennent manger chez moi avant de sortir faire la fête et surtout après pour être bien calés avant de rentrer. Certaines personnes viennent aussi ici pour éviter de préparer à manger chez eux. Jusqu’à maintenant, nous n’avons jamais eu de problèmes au niveau de la sécurité.

Propos recueillis par #AinaZoRaberanto

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer