Bertrand ne perd pas les pédales
11 janvier 2013 - Déco commentaires   //   620 Views   //   N°: 36

On croyait tout savoir sur la « débrouille » malgache. Mais regardez Bertrand, l’as de la récup. Son truc, le « tout à vélo ». De la scie circulaire à la meule en passant par le chargeur de téléphone, tout chez lui tourne avec des pédales. Suffisait d’y penser !

Emblématique bricoleur de Nosy Be, Bertrand nous accueille avec un grand sourire dans son atelier d’Andilamavo. Le sol est jonché de vieux objets récupérés que Bertrand « adapte depuis 1977 ». Une vieille lame trouvée dans une poubelle a été utilisée pour fabriquer un rabot, sa toute première invention qui trône à l’entrée de l’atelier. Plus curieux, des mécanismes de vélos sont reconvertis à des fins étonnantes : ici une scie circulaire « à profondeur de coupe réglable entre 10 et 100 mm » qui marche avec des vitesses, « pour que les enfants ne se fatiguent pas trop en travaillant », là une lampe qui fonctionne avec une dynamo « pour pouvoir travailler la nuit », explique-t-il.

Il y a quand même quelques ingéniosités qui tournent sans pédales chez lui. Comme les ondes du téléphone n’arrivent pas jusqu’à Andilamavo, il a installé une antenne à 200 mètres de son atelier, reliée à sa « supercabine téléphonique » : un petit abri en taule accroché à un cadre de porte (sans porte) planté au milieu de la cour, où il peut capter du réseau ! Quand il va en ville, Bertrand monte dans sa charrette à zébu « améliorée » : grâce à « ses ressorts à lames », elle tient le choc sur la piste accidentée. Et tout le reste à l’avenant, car ce Géo Trouvetou malgache est d’une imagination inépuisable. Son atelier, un catalogue à la Prévert !
« C’est un don naturel », expliquet- il comme si cela allait de soi. Et de fait, Bertrand a monté son atelier tout seul, par besoin, sans personne pour lui apprendre les ficelles de la reçue. Fier de son atelier et de l’effet qu’il produit sur ses visiteurs, il ne manque jamais d’expliquer l’utilité de chaque instrument à la file toujours fourni de touristes qui pousse la porte : « des gens d’Allemagne, de France, Marseille et Paris », explique-t-il. Le tour du propriétaire se termine et Bertrand précise qu’il y a des inventions qui sont « mises en place, mais pas encore mises au point ». On attendra 2013 pour les voir terminées !

Stéphane Huët

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer