Berikely & Zama : Bande de potes
12 mars 2019 - Cultures commentaires   //   250 Views   //   N°: 110

Après quelques années d’absence, le chanteur Berikely revient avec un nouvel album intitulé « C’est le moment. » Un opus qui prouve qu’il n’est pas encore prêt à déposer définitivement son kabôsy, son instrument de prédilection. C’est donc accompagné d’autres musiciens internationaux que Berikely signe ce grand retour.

Berikely & Zama, c’est une nouvelle formation francomalgache composée de cinq musiciens et chanteurs réunis pour l’amour d’une musique sans frontière. Avec leur nouvel album intitulé C’est le moment , le groupe offre une musique métissée et authentique fortement influencée par les rythmes traditionnels malgaches. « Le son du groupe est directement issu de la musique locale comme le salegy tsinjaka et le banaiky. Il y a aussi quelques influences afro-beat. Mais les mélodies trouvent leur fondement dans la musique malgache traditionnelle », confie Eric Doboka, directeur artistique mais également guitariste du groupe. Un véritable touche-à-tout, à la fois bassiste du groupe de rock français Tue-Loup, contrebassiste, compositeur et arrangeur. Pour lui, intégrer le groupe est une nouvelle expérience qu’il ne fallait surtout pas rater.

Parmi les Zama (potes), on retrouve aussi Bema Rakotondrahery, percussionniste, Thomas Boucherie, un jeune bassiste de 30 ans, influencé par Jaco Pastorius jouant aux côtés d’artistes africains comme Youssouph Koutoudio, Jean- Yves Boucherie, le père de Thomas, batteur de jazz, enseignant au Conservatoire de musique du Mans (France) et passionné par les musiques du monde. Et bien sûr, le pilier, Berikely. Ce compositeur, chanteur et joueur de kabôsy a longtemps attendu avant de composer de nouvelles chansons. Son premier titre phare Tara avion remonte aux années 80 produit en disque par un autre artiste malgache, Michael Siatothro. Entre 1986 et 1990, ses chansons deviennent de véritables succès et sa renommée parvient aux professionnels du monde entier. En 1990, il obtient le prix Afrique musique traditionnelle découverte de RFI (Radio France internationale), puis commence à jouer à La Réunion, aux Seychelles, en France et aux États-Unis jusqu’en 2004.

Après presque quinze années d’absence, Berikely renoue ainsi avec la scène malgache, accompagnée des Zama. La formation s’est créée lors d’une rencontre à un festival de Musique du monde au Mans. « À l’initiative de ce projet, j’ai été conquis par l’énergie et le talent de Berikely. À l’époque, nous jouions avec un autre artiste malgache Decky avec lequel nous avons fait nos armes pour nous approprier au mieux de la musique malgache. Puis, à la suite de l’arrêt du projet, j’ai contacté Berikely qui habite Nantes à 200 km du Mans. Nous avons fait une première répétition et ça a tout de suite marché. Nous étions tous très motivés. Seulement, les emplois du temps de chacun font que le projet avance lentement. Puis nous avons été programmés au festival de jazz du Mans, l’Europa jazz Festival. Et là, tout s’est accéléré. »

La formation a enregistré C’est le moment, un album de dix titres avec des ambiances très différentes. « Berikely amène le fond et nous nous occupons ensemble de la forme. Dans l’album, nous parlons de l’aventure, de la nostalgie, de l’amour, des faits de société… » La suite, c’est bien sûr la sortie de l’album en France et à Madagascar suivi de quelques concerts. « Nous voudrions faire une tournée à Madagascar lorsque les médias auront suffisamment diffusé notre musique. En espérant qu’ils le fassent. »

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer