Be-maso : On vous a à l’oeil !
17 avril 2019 - Cultures commentaires   //   394 Views   //   N°: 111

Be-maso, c’est l’histoire de neufs rappeurs underground. Avec leur flow agressif, nourri au boom bap hardcore, ils font partie des groupes les plus connus de la génération « rap gasy » des années 2000. En voiture, Simone !

Du rap hardcore pur et dur, comme on n’entend plus très souvent ces derniers temps. Le groupe Be-Maso (gros oeil) envoie du lourd. Sôlô, Bôbô, Mashak, Raf, Pabl, Ratsah, Bônô, Daia et Zawa l’ont prouvé lors de l’événement Rap Gasy Unity au Kianjan’ny Kanto en février dernier. Sur scène, ils ont la rage. Leur flow est agressif. Ils balancent des textes directs et poignants sans oublier les noms d’oiseau. Pour Be-maso, le rap est un exutoire. C’est un moyen d’évacuer la haine qu’ils ont contre le système. « Il n’y a rien de bisounours dans notre rap. Dès qu’on monte sur scène, on est en guerre. Il y a un déclic qui nous transforme en mode agressif. L’adrénaline monte très vite et là, on balance tout ce qu’on a sur le coeur. Les âmes sensibles n’ont qu’à s’abstenir », lâche Sôlô, un des membres fondateurs du groupe.

Avec Bôbô et Mashak, ils ont fondé le groupe Be-maso en 2003 dans leur quartier d’Ankazomanga. Tous les trois sont issus du clan des rappeurs Valo Menamaso. Leur objectif ? Apporter du sang neuf au « Rap gasy ». « À l’époque, seules les têtes bien connues se produisaient sur scène. C’était le monopole. Et ceux qui faisaient du rap underground comme nous comptaient pour que dalle ! Pourtant, il y a de la place pour tous les genres, c’est ce qu’on crie jusqu’à aujourd’hui dans nos textes. » En 2007, le groupe a sorti son pré-album Horohoro hoan’ny kyll (Bande de terreurs) composé de huit titres. Ils assument entièrement leur image de provocateurs. Sôlô : « Les gens, dès qu’ils nous voient, ils pensent qu’on va aller tabasser quelqu’un. Mais non, si on veut atteindre une personne, ce sera avec nos textes, quitte à dire merde ou foutre ! »

Ils enchaînent en 2012 avec la sortie du EP « Maloto » (Crade), six titres biberonnés à la rage. « Il m’arrive parfois de vouloir écrire des chansons d’amour, mais je ne peux pas, c’est plus fort que moi, faut que ça sorte ! », reconnaît Sôlô. « Perso, je n’écoute pas de rap gasy. C’est trop copié-collé du rap de l’étranger. » S’il y a des rappeurs qu’ils apprécient, c’est plutôt du côté des Ricains comme The Notorious B.I.G, DMX ou encore Onyx. Ce sont les seuls à la hauteur de leurs attentes en matière d’intensité textuelle et musicale.

Be-maso a aujourd’hui une cinquantaine de titres à son répertoire, compte neuf rappeurs de choc et une centaine de suiveurs. D’ailleurs, le groupe organise souvent des showcases juste pour le plaisir de leurs fans. « Ce sont des amis, de la famille ou encore des connaissances. Nous sommes une grande famille. Il nous arrive d’aller à pied d’Ankazomanga vers le lieu du showcase, tous ensemble, tous ensemble, ouais, ouais, ouais ! » Quant à leur projet, ils n’en ont pas. Tout se fait au feeling, antisystème à fond et tralala !

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer