Banay Zanak’Anosy : Sitikiliba là-bas !
4 avril 2018 - Cultures commentaires   //   225 Views   //   N°: 99

Banay Zanak’Anosy est le nouveau visage de la musique « mafana » de Tolagnaro (Fort-Dauphin). Le temps d’un déhanchement plus-un-poil-de-sec, oubliez salegy, batrelaky, koasa et laissez-vous prendre au rythme du sitikiliba. Une danse qui ne vous lâchera pas de sitôt.

Razafindralahy Jean Ralaiarimanana Banay revendique fièrement son identité Antanosy, d’où son nom de scène Banay Zanak’Anosy qui veut dire littéralement « Banay l’enfant de l’Anosy ». Originaire de Fort-Dauphin, il ambitionne de porter haut les couleurs de sa région dans toute l’île, en valorisant notamment le mangaliba, le rythme traditionnel de Tolagnaro qui puise ses origines dans le Grand Sud.

Popularisé par des artistes comme Rabaza, groupe originaire de Taolagnaro, ou par Dadah de Fort-Dauphin, le mangaliba, à l’instar du tsapiky, du salegy, ou du kilalaky, fait partie des musiques « mafana » de la Grande Ile. Le genre déhanché avec le popotin très aérodynamique. Aspirant à se faire un nom dans la musique sans avoir à être éternellement comparé à ses devanciers, Banay a donc revisité le mangaliba à sa sauce et a créé en 2016 lesitikiliba . Explication de texte : « Le sitikiliba est un mélange de mangaliba, de kilalaky et de tsapiky. Le nom même est la contraction de  » ndao isika hisitika sy hiliba  » qui, dans le Sud, veut dire  » danser « , se  » défouler « . Mais peu importe la région d’où ils viennent , tous les Malgaches peuvent se reconnaître dans le sitikiliba ! »

Banay reste fidèle aux instruments propres au mangaliba comme l’antranantrana (percussions à baguettes), le belamaky (mandoline basse) ou le kabosy (guitare rustique), son instrument de prédilection. « J’ai été bercé par le mangaliba mais c’est le kabosy qui m’a donnée envie de faire de la musique. » Épaulé par Dadah de Fort-Dauphin, celui qui a remis le mangaliba au goût du jour dans les années 2000, Banay Zanak’Anosy a réussi à percer sur la scène tananarivienne à partir de l’année 2016 avec des titres Ketriketrika Business (Planification de business) ou Ndao hisika hitambatra (Rassemblons-nous).

Des morceaux aux rythmes festifs avec des textes discrètement engagés « Beaucoup de gens s’arrêtent encore à la couleur de peau, aux origines, aux ethnies. A travers ma musique et mes textes, je veux leur faire comprendre que nous sommes tous des êtres humains, que nous sommes tous égaux. » Et que donc on aime tous danser le sitikiliba, CQFD ! Banay Zanak’Anosy prépare son premier album qui sortira cette année. Sur cet opus, le sitikiliba flirtera avec le rap et le R’n’B. Inutile de préciser que ça va bouger sous les sunlights !

Contact
Banay Zanak’Anosy :
034 36 708 53

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer