Balance le son !
31 mars 2016 - LifeStyle commentaires   //   1020 Views   //   N°: 75

Roberto Rajaofetra : Mozart thérapie 

« Plus qu’une simple distraction, la musique doit être une discipline obligatoire dès la tendre enfance », c’est ce qu’affirme le mélomane aguerri Roberto Rajaofetra. La fibre musicale, il l’a depuis sa plus tendre enfance grâce à son père musicien. Aujourd’hui, il est directeur de l’école de musique Talenta (Talent), à Ankadivato, qu’il a créée en 1993, et qui a une fréquentation annuelle de près de 200 élèves. « Nous accueillons les petits à partir de trois ans pour un éveil musical. Cette discipline est le meilleur moyen d’accompagner le développement d’un enfant. C’est l’école de la vie où on acquiert la théorie, des techniques à appliquer et des règles strictes à suivre.  

Aucun couac n’est toléré ! Nous devons apprendre la musique comme on apprend la langue maternelle. » La légende de l’effet Mozart, selon lequel écouter de la musique classique dès le plus jeune âge serait bon pour le développement intellectuel, semble s’avérer au quotidien dans le centre. « Parmi les enfants qui viennent ici, il y a des hyperactifs. On sent qu’il y a un véritable changement de comportement. Ils sont plus disciplinés. » La musique adoucit les nurses.

DoB : On en reste bouche bée ! 

Son instrument de musique préféré ? Sa bouche ! DoB, de son vrai nom Do Rasolofoarison est un human beatbox, une boîte à rythmes humaine. De la batterie au scratch, il reproduit à la perfection les sons des grosses caisses et caisses claires en s’entraînant tous les jours et en s’inspirant des grands noms du beatbox ! « J’ai débuté en 2012, en imitant Joseph Poolpo. Du premier coup, j’ai réussi ! Je suis aussi un grand fan d’Alem, le champion du monde, ou encore de Tom Thum. Un jour peut-être, je serai dans la même lignée qu’eux ! » Si vous pensez que faire du beatbox ce n’est pas de la musique, détrompez-vous ! Les imitations vocales sont nées en Inde il y a 600 ans avec la tradition des bols (rythmique à base de syllabes à consonnes percutantes). 

On les retrouve dans le scat du jazz, la plupart des tubes de Mickael Jackson, et le hip hop les a lui aussi adoptées. « On peut faire du beatbox avec toutes les musiques qui ont des bases rythmiques. D’ailleurs, j’ai déjà collaboré avec des artistes malgaches qui n’ont rien à voir avec l’univers du rap, comme Bodo, Tovo J’hay ou le Tana Gospel Choir. » La musique est un langage universel ! 

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer