Asa / Boulot / Job
31 mai 2017 - Abidi commentaires   //   355 Views   //   N°: 88

Voambolana (Vocabulaire / Vocabulary)

Kandra : boulot / job
Deba : le patron / the boss

Paitra : paie / pay
Tsy an’asa : sans emploi / jobless person

Expressions

Karama varimasaka : une assiette de riz comme salaire / a rice plate like pay

Cela concerne toute paie au-dessous du SMIC. Généralement, elle est payée quotidiennement et tellement insignifiante qu’on ne peut acheter avec que du riz et un peu de charbon pour le cuire.

It is all that is paying below the SMIC. In general, it is paid on a daily basis. So insignificant, one can buy with this mite only rice and a little coal to cook it.

1- Miasa atalata : travailler en plein mardi / to work tuesday

Dans la croyance traditionnelle malgache, le mardi est un jour qui n’est ni bon ni mauvais, et donc chômé. Ce qui dit que travailler un mardi est une stupidité car ça ne te fera rien gagner du tout, même pas la reconnaissance de ton patron.

In the traditional Malagasy belief, Tuesday was a day that is neither good nor bad. What says working on a Tuesday is stupidity because it will not earn you anything at all, not even the recognition of your boss.

2- Mamboly voky, tsy mamboly voky : toujours rassasié, qu’on cultive ou pas / Always satisfied, whether one cultivate or not

A Madagascar, pays où plus de 85 % de la population est agricultrice, il faut cultiver la terre pour vivre et nourrir sa famille. Pourtant, il y a des gens qui ne travaillent pas, qui ne foutent rien de leurs journées et qui mènent la grande vie. Dans la société malgache actuelle, les « mamboly voky, tsy mamboly voky » sont surtout les maîtresses de directeurs.

In Madagascar, where more than 85% of the population are farmers, you must cultivate the ground to live and nourish your family. However, there are people who don’t work and do anything of their day but which carry out of the good life. Nowadays, the mistresses of managers thus are called.

3- Sarak’antsaha : rester aux champs / Stay in the fields

Dans les campagnes, jusqu’à nos jours, les laboureurs, repiqueurs et sarcleurs ne sont pas payés par rapport à la superficie de la rizière travaillée mais par rapport au temps passé au champ. Ils y descendent vers 3 ou 4 heures du matin pour ne rentrer que vers 14 heures. Entretemps, ils travaillent sans interruption, sauf pour manger à midi.

In countryside, up to the present day, laborers, planters and weeders are not paid in relation to the area of the paddy field, but in relation to time spent in the field. They go down to the field around 3 or 4 a.m. and do not return that at 2 p.m. Meanwhile, they work without interruption, except to eat at noon.

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer