Anakao : Pirogue à voile ou trip surf mobile ?
11 mars 2019 - Escales Escales commentaires   //   525 Views   //   N°: 110

Toliara, 9h30, embarcadère de Mahavatse. Les charrettes à zébus avancent dans la mer pour charger passagers et bagages sur la vedette rapide « Anakao Express ». Une heure de traversée vers le sud. Le moyen le plus sûr et le plus rapide pour commencer l’aventure sportive entre désert et lagon.

Anakao, 10h30. Les pêcheurs, vendeurs de souvenirs, porteurs de bagages, touristes, scrutent le lagon avec intérêt ou simplement curiosité. La navette rapide en provenance de Toliara (Tuléar) crée les premières vagues de la matinée, et achève sa rotation quotidienne en déposant devant chaque lodge ou hôtel les nouveaux résidents éphémères du village de pêcheurs Vezo.

Les pirogues à voile livrent, quant à elles, leurs marchandises sur la plage, les voies maritimes étant la seule alternative aux kilomètres de piste interminables du désert – là, juste derrière les dunes.

Depuis l’ouverture du premier établissement, le Safari Vezo en 1985, de nombreux hébergements sont venus compléter la gamme des infrastructures, pour toutes les bourses. Les établissements paraissent pourtant invisibles, espa- cés et nichés dans les dunes, préservant l’espace collectif et naturel de la plage et du lagon. Parmi les derniers nés, le Mada Surf Lodge, résolument tourné vers le tourisme sportif. Solange Razafibaozandry possédait et exploitait depuis quelques années quelques bungalows sur la plage. Difficile de rivaliser avec la gamme supérieure des hébergements à proximité, sans capacité d’investissement pour entretenir ce patrimoine et de moyens de communication attractifs modernes. Anakao possède pourtant tous les atouts pour une clientèle sportive : des spots de surf de classe mondiale sans personne à l’eau sur 60 kilomètres de côte, une belle gauche pour débutants à proximité de la plage. Même topo côté plongée, du grand spectacle en bouteilles, ou un aquarium géant naturel dans le lagon, simplement en PMT (palmes-masque-tuba).

Solange décide de louer son site à deux sociétés partenaires, celle de Ben Waltzinger, Mada Surf Tour, et Blair Rogers pour Mada Surf Lodge. Elle participe à l’aventure en s’occupant de l’accueil et de la restauration des clients avec Blair, quand ils ne sont pas sur l’eau avec Ben. La modernisation des bungalows est complétée par l’installation d’un bar, d’un espace restauration… et bien sûr de l’installation de wifi. Le site permet maintenant d’accueillir une clientèle internationale ciblée. Les surfeurs chevronnés vont profiter des navettes rapides, encadrés par trois professionnels : Ben, qui a fait ses armes à La Réunion et en Australie, entre autres, Max, guide surf originaire de Tolgnaro (Fort-Dauphin) et Ralay, skipper d’Anakao. Des bodys et des surfs sont également en location pour les débutants, et de nombreuses excursions sont possibles sur terre ou sur mer, en charrette à zébu ou en pirogue à voile.

14h30. La vie semble s’accélérer sur le lagon au gré du vent et de la marée. Les nombreuses voiles des pêcheurs Vezo donnent des allures de départ de régate. Elles côtoient celles des kitesurfeurs qui profitent de l’immensité de l’espace pour tirer leurs bords au large. Les enfants à peine en âge de marcher ont déjà leur propre embarcation taillée sur mesure, et font la course le long du rivage.

18 heures : Les pêcheurs reconvertis en guide arpentent la plage sous les derniers rayons de soleil, et préparent leur journée du lendemain. Sourire aux lèvres, sans lourdeur commerciale, ils espèrent profiter eux aussi de quelques ariary en proposant ce qu’ils peuvent offrir : pirogues à voile, marguerites, perroquets ou cigales grillées.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer